Aux jardins de la musique classique 30

Au printemps de la musique baroque en Grande-Bretagne, deux contemporains de John Dowland rayonnent à partir de la chapelle royale de la dynastie des Tudors :

Thomas Tallis et William Byrd. Tous les deux composent de grandes œuvres polyphoniques pour voix et pour grands orgues dans un contexte caractérisé par deux facteurs.


Le premier est le contexte sociopolitique religieux caractérisé principalement par l’instauration de l’Église anglicane, que Henry VIII propulse en bloquant le pouvoir politique et la collecte économique du Vatican sur plus de neuf-cents institutions catholiques en Angleterre. Cela est à l’origine d’un conflit interne que sa fille, la reine Marie, essaye de régler en reliant le Vatican à des églises catholiques, mouvance ralentie par Elizabeth I, qui stabilise le pouvoir royal sur l’Église anglicane et son domaine dans la Grande-Bretagne. Thomas Tallis est le compositeur et organiste de la Chapelle royale à partir de Henri VIII et il y demeure jusqu’à sa mort durant la gouvernance d’Elizabeth I. C’est dans cette chapelle qu’il rencontre William Byrd et partage la chaire de compositeur et d'organiste pour Elizabeth I.


Le deuxième facteur qui contextualise les compositions de Thomas Tallis et William Byrd est le changement de paradigme dans la composition polyphonique. Aux débuts de leurs compositions, ils opèrent dans le paradigme des compositions à plusieurs voix, dont Palestrina (compositeur italien) est le principal architecte musical qui avait été critiqué par la camerata florentina en raison de l’éclipse du sens des paroles. Il reste que Tallis compose une de plus belles compositions polyphoniques, Spem in alium, un motet chanté par quarante voix indépendantes. Le changement de paradigme se produit par l’influence des membres de l’Église anglicane, qui suivent les énoncés de Martin Luther pour donner plus d’importance à la clarté de la parole en simplifiant les harmonies vocales et instrumentales d’accompagnement. Toutefois, leurs habilités dans la composition polyphonique se maintiennent dans leurs compositions pour grands orgues. Le grand orgue du XVIe siècle résulte des transformations morphologiques et acoustiques à l’orgue hydraulique inventé par Ctésibios, en Alexandrie au IIIe siècle av. J.-C. Il est l’instrument le plus puissant, doté de plus de sept octaves musicales dont chacune des notes est alimentée par des souffleries et projetée par un tuyau (individuellement) pour être jouée dans de grands espaces, raison pour laquelle il est adopté et adapté pour faire partie des grandes cathédrales et églises. Cet instrument permet le rayonnement des compositions polyphoniques de Thomas Tallis et de William Byrd.


L’auteur anime Trésor de la musique classique à 21 h, les dimanches et mercredis sur CIVR 103,5 FM et Radiotaiga.com.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages