Aux jardins de la musique classique 25

Jean-Baptiste Lully est considéré comme étant la figure la plus importante du développement de la musique en France dans son siècle d’or, sous la gouverne de Louis XIV.

Ce n’est pas lui qui compose la musique du Ballet royal de la nuit, mais il participe à l’œuvre en tant que danseur dans une des entrées avec le roi Louis XIV, avec qui il développe une amitié fondée sur ses talents de musicien et de danseur.


Il est introduit à la cour de Louis XIV une année avant la présentation du Ballet royal de la nuit à titre de violoniste dans l’orchestre privé du roi. C’est à partir de là qu’il commence sa carrière de compositeur.


En 1659, il est remarqué dans le monde musical grâce à son Ballet d’Alcidiane et à d’autres œuvres mineures et devient le compositeur attitré de la musique destinée aux présentations publiques du monarque.


En 1661, lorsque Louis XIV prend le pouvoir absolu et adopte l’image du soleil à titre de symbole royal, Jean-Baptiste Lully est nommé surintendant de la musique royale et directeur de l’orchestre royal de musique, composé de 24 violonistes. Cet orchestre accompagne le roi dans toutes ses présentations sociales. Sous la direction de Lully, l’orchestre intègre des instruments à vent tels que des hautbois, des flutes et des téorbes, ainsi que le clavecin. Lully compose pour l’orchestre des œuvres instrumentales.


Parallèlement à sa fonction de directeur, Lully est aussi créateur de la comédie-ballet, puisqu’il met en musique plusieurs des comédies de Molière (dramaturge et écrivain qui donna à la langue française ses lauriers), parmi lesquelles : L’Amour médecin, Le Bourgeois gentilhomme, Monsieur de Pourceaugnac, George Dandin, Les Fâcheux, Le Mariage forcé et Les Plaisirs de l’ile enchantée.


Ce genre de ballet, qui commence à se diffuser en Europe, combine belle parole, comédie, danse et musique.
Parmi l’œuvre de Lully, on retrouve plusieurs motets religieux composés pour la chapelle privée de Louis XIV, des dizaines d’autres ballets composés avec le librettiste Benserade, et de nombreuses danses de cour : gavottes, menuets, rigaudons, sarabandes, passacailles et chacones.


Jean-Baptiste Lully reste au service de Louis XIV jusqu’à sa mort en mars 1687 des suites d’une gangrène généralisée découlant d’une blessure à un pied. En effet, alors qu’il dirigeait un concert de l’orchestre royal, il se frappe un orteil avec le lourd bâton de direction dont il se servait pour battre la mesure en frappant le sol.


L’auteur anime Trésor de la musique classique à 21 h, les dimanches et mercredis sur CIVR 103,5 FM et Radiotaiga.com.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages