Aux jardins de la musique classique

Le Ballet royal de la nuit n’est pas seulement une des plus extraordinaires œuvres artistiques de l’histoire.

Il est une création qui, dans sa structure, contient des facteurs ésotériques et exotériques fusionnés dans un ensemble symbolique pour : catalyser l’unité du royaume de France autour des rois de la maison capétienne de Bourbon ; exorciser les conflits internes du royaume dus à des intérêts divergents des nobles parmi les conflits entre catholiques et protestants ; et polariser des actions armées contre l’empire des Habsbourg et celui de l’Angleterre.


Les fondements cognitifs des composants symboliques qui structurent cette œuvre, on les retrouve dans le ballet Circé (connu aussi sous le nom de Ballet comique de la Reine), ballet structuré par Catherine de Médicis en 1581 ayant Balthazar de Beaujoyeulx comme compositeur musical. À partir de cette œuvre, les connaissances sur la manipulation des symboles dans la danse traversent les années, véhiculées par les cardinaux de Richelieu et Mazarin. Le cardinal de Richelieu, étant principal ministre d’État de Louis XIII, non seulement prend en charge les stratégies militaires et commerciales du royaume de France et de la Nouvelle-France, mais protège et encourage aussi le développement des arts et des lettres, principaux axes du développement culturel d’un peuple. C’est lui qui, en 1635, approuve les statuts et règlements de l’Académie de la langue française, institution qui règlemente les standards de la langue française.

Au cardinal de Richelieu succède le cardinal Jules Mazarin, qui devient principal ministre d’État sous Louis XIII, puis pendant la jeunesse de Louis XIV. Sa gouvernance, aux côtés d’Anne d’Autriche, mère et régente de Louis XIV, est marquée par le tumulte. Son engagement au pouvoir absolu du roi est aussi fort que sa conviction de l’importance de la connaissance et de la langue, laquelle se manifeste par la création d’une des plus grandes bibliothèques de l’Europe de la Renaissance : la bibliothèque de Mazarin, située dans l’enceinte de l’Académie de la langue française. Sous l’égide de ces deux cardinaux se trouvent trois des principaux architectes du Ballet royal de la nuit : Jean de Cambefort, qui est chanteur à la chapelle privée du cardinal de Richelieu et qui devient, en 1651, surintendant de la musique de Louis XIV ; Isaac de Benserade, poète et écrivain admiré parmi les membres de l’Académie ; et Henri de Gissey, dessinateur des décors et des costumes.


Le Ballet royal de la nuit est présenté le 23 février 1653 à la salle du Petit-Bourbon de Paris.

L’auteur anime Trésor de la musique classique à 21 h, les dimanches et mercredis sur CIVR 103,5 FM et Radiotaiga.com.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages