Au tour des diplômé.e.s de l’école Boréale !

Les diplômé.e.s de la cohorte 2021 de l’école Boréale : 

Tyson Maher, Shanelle Moore, Conner McKay-Ivanko, Declan Munro, Gavyn Lamoureux, Landon Bowker, Mia McKenzie-Steinwand, Allen Gostick (Crédit photo : Kim Ivanko)

Les diplômé.e.s de la cohorte 2021 de l’école Boréale : Tyson Maher, Shanelle Moore, Conner McKay-Ivanko, Declan Munro, Gavyn Lamoureux, Landon Bowker, Mia McKenzie-Steinwand, Allen Gostick (Crédit photo : Kim Ivanko)

Le mois de juin est synonyme de cérémonie de remise des diplômes pour les étudiants des Territoires du Nord-Ouest. Huit diplômé.e.s de l’école Boréale accèdent à la prochaine étape de leur vie.

Le vendredi 25 juin avait lieu la cérémonie de remise des diplômes de l’école Boréale à Hay River. C’est sous un ciel ensoleillé que Tyson Maher, Shanelle Moore, Conner McKay-Ivanko, Declan Munro, Gavyn Lamoureux, Landon Bowker, Mia McKenzie-Steinwand et Allen Gostick ont reçu leur diplôme de fin de secondaire.

Sur une scène érigée dans la cour de l’école francophone, en raison des directives de la santé publique, les finissants ont pu célébrer cet évènement symbolique accompagnés de leurs familles, amis et du personnel de l’école. Une nostalgie planait sur la cérémonie, alors que l’excitation était mêlée à la réalisation du passage vers une prochaine étape.

« C’est vraiment bien, c’est ma seule école depuis que j’[ai commencé] et c’est vraiment bien… Je gradue, donc je suis excité », explique Landon Bowker. Malgré la joie ressentie d’avoir réussi, il s’ennuiera quand même des gens qu’il a côtoyés pendant ces nombreuses années. Il se dit très content d’avoir reçu une éducation en français : « être bilingue c’est beaucoup plus d’opportunités, je pense que c’est bien de connaitre le français, pour les jobs et de parler à d’autres personnes aussi », poursuit Landon Bowker.

Shanelle Moore trouve quant à elle que « ça fait beaucoup d’enseignants qui passent et partent des Territoires du Nord-Ouest, spécialement de Hay River ». Elle compte d’ailleurs poursuivre ses études pour obtenir un baccalauréat en éducation, afin de pouvoir enseigner la maternelle, elle l’espère, à l’école Boréale un jour.

D’une phrase qui résume bien l’émotion présente à la cérémonie, Tyson Maher trouve que « c’est fou » de finalement être arrivé au bout de ses études secondaires. Conner McKay-Ivanko pense quant à lui qu’avoir étudié à l’école Boréale lui a donné « beaucoup plus d’options de travail ». Les étudiants interviewés par Médias ténois n’ont formulé aucun regret sur ce parcours.

Vince McKay, le père de Conner Mckay-Ivanko, se dit fier de ce que son fils a accompli, « Il travaille fort, il a l’ambition de poursuivre ses études, c’est bien, c’est génial même. » « Je pense que l’école francophone lui a été bénéfique, il est d’origine métisse, alors il a un passé lié à l’histoire francophone… l’école francophone lui a apporté beaucoup », poursuit-il.

« En étant bilingue, je crois que j’ai beaucoup d’opportunités de travail, pour parler aux autres personnes et quand je voyage. Spécialement quand je vais à Yellowknife, c’est tellement différent quand j’entends des personnes parler en français », explique Shanelle Moore.

La pandémie n’a bien entendu pas épargné les étudiants de la promotion 2021, « on s’est définitivement rapproché plus, mais en même temps on s’est éloignés à cause du temps qu’on a passé à suivre l’école à la maison. On n’était pas tout le temps au courant des cours qui passaient, ce qui a fait une grosse différence avec l’année passée », poursuit Shanelle Moore.

« Vas-y, parce que les professeurs et les élèves sont tous gentils et l’école Boréale, c’est comme une famille, dans un sens », dit Landon Bowker comme message aux futurs étudiants. Conner McKay-Ivanko renchérit sur ce point, « allez-y, c’est beaucoup d’opportunités, de voyages ».

C’est donc une nouvelle étape qui se présente désormais aux huit finissants de cette cohorte. Certains iront sur le marché du travail, d’autres continueront leur éducation à l’université.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.