L'allonge : Au sommet de son art

Pour son prochain album qui paraîtra en septembre, Alex Cuba est retourné dans l'île de son enfance. (Crédit photo : Tabercil)

Pour son prochain album qui paraîtra en septembre, Alex Cuba est retourné dans l'île de son enfance. (Crédit photo : Tabercil)

Pour prolonger le plaisir des journées infinies de l’été boréal, chaque semaine Radio Taïga sort les chaises longues et s’étend avec un artiste en vedette au festival Folk On The Rocks 2019. Cette semaine : Alex Cuba!


La dernière fois qu’Alex Cuba est passé par Yellowknife, c’était durant le mois de mars.


« Je me souviens que c’était une période extrêmement froide de l’année, rigole le musicien né à Cuba et établi en Colombie-Britannique. Nous avions joué à Yellowknife et le public était très enthousiaste. C’était un beau spectacle. Nous nous étions aussi rendus dans des petites collectivités. Ce que je me souviens surtout, c’est que nous avons fait un tour d’hélicoptère au-dessus de la ville. On a vu les voitures qui roulent sur le lac. Ça m’a impressionné ! »


Pour la production de son sixième album en carrière, dont la sortie est prévue en septembre, le troubadour s’est rendu où il ne s’était pas posé depuis près de deux décennies. À Cuba.


« Ça faisait longtemps qu’on me demandait pourquoi je ne jouais pas à Cuba et il y avait toujours une partie de moi qui se disait que, puisque je viens de là, ça serait bien d’avoir une reconnaissance de ma patrie. Et puisque je vis au Canada, j’avais la possibilité de m’y rendre. Or, je ne souhaitais pas forcer les choses. Vous savez, j’ai quitté ce pays, non pas pour des raisons politiques ou quoi que ce soit du genre, mais je l’ai quitté. Je n’avais pas envie d’arriver là avec mes gros sabots, de m’imposer. Je suis très heureux que ce soit véritablement une démarche musicale qui m’y ait reconduit. C’est beaucoup plus organique et sincère. C’est réellement un retour aux sources. Je pense que ça va s’entendre. »


À Cuba, il a eu l’honneur de collaborer avec certaines légendes locales dont la chanteuse Omara Portundo, membre
originale du cultissime Buena Vista Social Club. C’est aussi à La Havane que le récipiendaire de quatre Latin Grammy Award a enregistré la pièce Ciudad Hembra, un duo avec la star locale Kelvis Ochoa aux accents bossa, parue en avril.

Le clip a été diffusé à la télévision nationale cubaine, une première pour cet artiste de la diaspora.


Pour ce projet, le beach bum à la voix mordorée relève de nouveaux défis. « Cet album va représenter un jalon important dans ma discographie, dit-il. Le fait de collaborer avec des artistes cubains et d’être retourné dans l’ile, c’est immense.

Mais musicalement aussi, c’est un projet très important. Pour la première fois, je joue tous les instruments. Avant je jouais la guitare, bien sûr, et la basse. Ce sont mes instruments. Mais là je me suis laissé aller à fond. Je joue des congas et toutes les percussions. Ça faisait longtemps que j’avais ça en tête et j’ai finalement réussi à trouver la confiance qui me manquait pour oser. J’en suis très fier. »


Plus que sept semaines avant Folk On The Rocks !

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages