Au rayonnement de la musique classique_2

L’auteur anime habituellement Trésor de la musique classique à 21 h, la diffusion de ce programme est en pause actuellement sur Radiotaiga.com.

L’auteur anime habituellement Trésor de la musique classique à 21 h, la diffusion de ce programme est en pause actuellement sur Radiotaiga.com.

Lorsque Christoph Willibald Gluck se trouve à Vienne en 1736, il rencontre le Prince lombard Antonio Maria Melzi qui l’invite à joindre son orchestre de chapelle privé à Milan. Il accepte et en 1737 il déménage à Milan, approfondit ses études de la langue italienne et devient disciple de Giovanni Batiste Sammartini, avec qui il maitrise l’écriture des compositions instrumentales. Son enthousiasme pour l’opéra est nourri par le mouvement culturel de Milan qui est une ville vibrante dans le drama musicale (terme qui après sera changé par opera seria en le contrastant à l’opera bouffa). Ce genre musical est présenté dans plusieurs théâtres dont le principal est le Teatro Regio Ducale (qui précède au théâtre de la Scala). Inspiré par ce contexte et appliquant des techniques apprises de Sammartini, Gluck commence à composer des drames musicaux dont le premier, Artaserse, reprend le livret écrit par Pietro Metastaso, et le présente au Théâtre Regio Ducale en 1741. La beauté et la maitrise des structures mélodiques et harmoniques qui l’accompagnent, complétées et reliées par des arias chantés dans les drames musicales (dans le style italien) sont reconnues et applaudies dans la péninsule italienne et présentée à Crema, Turin et Venise avec des livrets écrits par Metastaso. Ce succès est suivi par des présentations à Londres en 1746.
Gluck reste à Londres quelque mois, période où il est invité à préparer un drame musical pour les mariages du Prince électeur Maximilien III et du prince Friedrich-Christian de Saxe du Saint-Empire romain germanique. Mariages qui ont lieu à Dresde et pour lesquels il compose le drame musical (qui de drame a seulement le nom, car est associé à des allégories - élégies) : Le mariage d’Hercule et d’Hébé, pièce qui est présentée en juin de 1747. Le succès de sa présentation a aussi une répercussion sur sa carrière de compositeur, car il est engagé par les frères Pietro et Angelo Mingotti dans sa troupe d’opéra qui voyage en Europe et présente autant des operas serias, des operas bouffas et des danses. La troupe est invitée aussi à performer lors de célébrations mariales des princes à Dresde. Durant ce temps, il rencontre le chorégraphe et danseur français Jean-Georges Noverre, une figure importante de l’histoire du ballet.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Aucun éditorial pour cette semaine.
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561