Au rayonnement de la musique classique_15

17 septembre 2020

Arriver à Mannheim en 1777 est l’une des belles expériences de Wolfgang Amadeus Mozart lors de son deuxième grand voyage en Europe, accompagné de sa mère Maria Anna. Là, il rencontre l’orchestre de Mannheim qui, à ce moment, est la plus importante formation d’Europe (en nombre de musiciens, en variété d’instruments à cordes, à percussions et spécialement, d’instruments à vent). À lui seul, le nom « école de Mannheim » marque la qualité de ses compositeurs reconnue dans le milieu musical. L’école, à cette période, est dirigée par Carl Stamitz. La force interprétative de l’orchestre est reconnue par des crescendos qui se superposent progressivement pour produire des climax d’intensité sonore lorsque les musiciens arrêtent de jouer pendant plusieurs mesures de silence. Wolfgang est bien reçu à leurs répétitions et leurs présentations, ce qui va accroitre ses capacités de compositeur.

Dans ce contexte, il rencontre Franz Weber et Cecilia Stam, qui ont quatre filles : Josépha, Aloise, Constance et Sophie. Avec cette famille, il établit des relations positives qui perdureront au cours de sa vie. Aloise devient son élève de chant, et Wolfgang compose pour elle plusieurs arias dont la complexité est renforcée par ses capacités de cantatrice. Il devient amoureux d’elle, mais en 1780, elle se marie avec Joseph Lange, qui a peint un des fameux portraits de Wolfgang. Josépha est aussi cantatrice et elle interprète la reine de la nuit dans l’opéra La Flute enchantée. Constance devient l’épouse de Wolfgang et ils auront six enfants, tandis Sophie va écrire la biographie des dernières années de vie de celui-ci.

En mars 1778, Wolfgang et sa mère partent vers Paris en suivant les instructions de son père Léopold. En juillet, sa mère tombe malade et décède. Cet évènement le marque et a un impact sur ses performances. Il reste à Paris pour quelques mois, logé par Melchior Grimm, jusqu’au mois de septembre. Il retourne vers Salzburg en s’arrêtant à Mannheim et à Munich. Dans ces villes, il présente quelques concerts et retrouve Aloise, qui est devenue une des plus importantes cantatrices de Munich. Toujours amoureuse de Joseph Lange, leur relation devient amicale. Il rentre à Salzbourg en janvier 1779 et reprend sa fonction de maitre de concert pour l’archevêque Colleredo.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Aucun éditorial pour cette semaine.
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561