S'abonner à Médias Ténois

Après la culture, la politique et l’éducation... l’économie : Assemblée générale extraordinaire de la FFT

01 février 2002
0 Commentaire(s)
Abonnement
Alors que la FFT dévoilait sur son nouveau projet de développement économique, les membres de l’AGE, rassemblés à l’hôtel Explorer, ont adopté leur programmation pour la prochaine année. Le Comité d’évaluation des besoins de la communauté a évalué cette programmation dans son rapport annuel, tenant compte des nouvelles règles du jeu de Patrimoine canadien dans l’attribution des subventions.

Développement économique

En chantier depuis septembre dernier, le projet de développement économique de la SODEC a été officiellement présenté aux délégations formées des Associations de Hay River, Fort Smith, du delta du Mackenzie et de Yellowknife, ainsi qu’au Regroupement des parents francophones des T.N.-O., aux Éditions franco-ténoises et à la Fédération Franco-TéNOise. Plusieurs questions ont été soulevées, entre autres sur la forme que prendra le nouveau comité. Les membres ont adopté le principe de création de la SODEC, mais ont mandaté le conseil d’administration de la FFT de revoir les modalités de gestion du comité et de les présenter lors de la prochaine Assemblée générale en novembre 2002.

Côté budget, l’AFCY a exprimé des réserves face au projet Solstice, qui engagera des dépenses anticipées de l’ordre de 116 000 dollars dans le cadre d’une tournée aux T.N.-O., le 21 juin prochain, du groupe Le Grand Dérangement. La présidente du conseil d’administration, Line Gagnon, estime que la date choisie n’est pas adéquate. « Il y a de bonnes chances que le 21 juin soit une journée fériée dans le cadre de la Journée nationale des Autochtones, a-t-elle expliqué. J’ai un peu de misère avec le fait qu’on va présenter un show pour les francophones à Yellowknife. » Selon Isabel Gauthier, coordonnatrice de l’AFCY, un seul budget est prévu pour un spectacle et l’AFCY préfèrerait le présenter lors d’une période plutôt calme en activités, comme le mois de novembre. Par ailleurs, pour la prochaine année, la FFT prévoit diminuer son déficit de 50 000 dollars, le réduisant à 10 000 dollars.

Entente Canada-communauté

Le comité d’évaluation des besoins de la communauté a indiqué dans son rapport que Patrimoine canadien disait « regretter que ce soit la FFT qui ait écrit les programmations » des communautés, ce qui a jeté de l’huile sur le feu. Le nouveau formulaire de 18 pages de l’Entente Canada-communauté vise à rencontrer les objectifs de gestion par résultats du ministère et impose une charge de travail supplémentaire aux agents de développement. Les délégués ont appuyé à l’unanimité deux propositions de Line Gagnon voulant que l’Assemblée générale, de concertation avec d’autres organismes provinciaux et nationaux, envoie une lettre de mécontentement au ministère et demande que l’on offre à nouveau une formation des agents de développement.

Comité spécial sur les langues officielles

Certains membres du Comité spécial sur la révision de la Loi sur les langues officielles ont profité de l’occasion pour prendre le pouls des francophones sur le sujet. Au cours de la présentation des faits sur la situation du français aux T.N.-O., il a été démontré que l’argent provenant du fédéral et consacré au français est passé de 4 millions de dollars à 1,6 millions. Quant aux langues autochtones, Aucun chiffre n’a été présenté en ce qui a trait à l’argent provenant directement du gouvernement territorial.

D’un autre coté, le député Brendan Bell a expliqué ainsi l’absence d’interprétation à l’Assemblée législative et dans d’autres domaines gouvernementaux. « Nous avons décidé d’investir l’argent dans les communautés plutôt que d’offrir des services qui coûtent cher et dont peu de gens se servent. »

La possibilité de changer le mandat de la commissaire aux langues des T.N.-O. a aussi été soulevée par Brendan Bell. Selon lui, le nombre de plaintes déposées à la commissaire n’est pas très élevé. Du même coup, le député a signalé que la grande majorité de ces plaintes avaient été déposées par des francophones. « Peut-être serait-il préférable de lui donner seulement un mandat pour la promotion des langues. »

Les plus grandes préoccupations des francophones concernaient les services de santé dans leur langue et les raisons justifiant cette baisse des montants alloués au services en français dans les T.N.-O. Le président Steven Nitah a mentionné que la baisse des contributions fédérales avait pu être un facteur. « Le fait qu’il y ait moins d’argent n’est pas une excuse pour qu’il y ait moins de services », a cependant déclaré M. Nitah.

Daniel Lamoureux fait le bilan de la rencontre. « Ça a été très fécond. Les membres ont été attentifs à ce qui se passe. Il y a eu une excellente dynamique d’échanges et de collaboration. »

Les délégations ont terminé leurs discussions par un banquet, suivi d’un spectacle du chanteur Kevin Parent. Radio Taïga a reçu le prix du GTNO de promotion de la langue et Michel Lefebvre, président du conseil d’administration de la radio, a salué l’effort des bénévoles et membres du comité exécutif au cours de cette soirée. Le ministre de l’Éducation, de la Culture et de l’Emploi, Jake Ootes et Marie Wilson, coordonnatrice du projet Back to the Future 2002, étaient présents à la soirée.