Armée du Salut : toujours sinistrée

Un problème avec le système d’extinction d’incendie a forcé la fermeture temporaire
 de la citadelle de l’Armée du Salut. (Crédit photo : Batiste Foisy)

Un problème avec le système d’extinction d’incendie a forcé la fermeture temporaire de la citadelle de l’Armée du Salut. (Crédit photo : Batiste Foisy)

Les travaux pour remédier à l’inondation survenue le 7 février dans les locaux du plus important refuge pour personnes sans-abris aux TNO progressent. Mais les usagers n’y logeront pas avant la semaine prochaine.

L’édifice où sont offerts les services de l’Armée du Salut, inondé dans la matinée du 7 février dernier, risque finalement de rouvrir la semaine prochaine. En attendant, son refuge d’urgence demeure logé au centre d’amitié Tree of Peace, réquisitionné par le gouvernement le 11 février.

« On prévoit que le refuge d’urgence de l’Armée du Salut reste encore de 3 à 5 jours au centre d’amitié », a précisé dans un courriel, le 17 février, la conseillère en communications à la Société d’habitation des Territoires du Nord-Ouest, Nancy Zimmerman. La Société d’habitation collabore avec l’organisme pour déterminer un échéancier selon l’évolution des travaux.

L’inondation dans l’édifice, situé au coin de l’avenue Franklin et de la 45e Rue, a été provoquée par une défectuosité du système d’extinction d’incendie. Quelques pouces d’eau couvraient chacun des quatre étages, selon le directeur général de l’Armée du Salut à Yellowknife, Jason Brinson.

« On vient de recevoir une visite des autorités et on attend de savoir quel doit être l’avancement des travaux pour retourner sur les lieux, a dit le directeur au bout du fil mercredi. Pour certains étages, ce sera long. Par contre, ça se passe bien sur celui du refuge d’urgence. » Il continue à espérer que les services de son organisme reprennent le plus tôt possible, jugeant « très peu probable que ce soit pour cette semaine ».

Rappelons que le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest a acquis, le 11 février, le centre d’amitié Tree of Peace en faisant appel à la Loi sur la gestion des urgences. La salle de bingo du Tree of Peace accueille depuis les quelque 40 personnes du refuge d’urgence pour hommes de l’Armée du Salut.

Avant que ne soit invoquée cette loi, l’Armée du Salut a dû déplacer en catastrophe ses opérations à quelques endroits la semaine dernière. « C’est plus facile pour la clientèle du refuge depuis qu’on est au même endroit », s’est réjoui Jason Brison, au bout du fil. D’autres bénéficiaires de services de l’organisme, de plus petits groupes, ont pu être relogés ailleurs dès le début.

Le directeur insiste pour préciser que « chaque personne recevant des services à l’Armée du Salut a été placée. » Certaines ont choisi d’aller ailleurs et personne n’a été laissé dehors par -40 °C, affirme-t-il.

« Nos joueurs de bingo ont très bien réagi quand on a annoncé l’annulation des parties, commente le directeur adjoint du Tree of Peace, Joe LeMouel, lors d’un échange téléphonique. Ils étaient tous d’avis que c’était plus important d’aider les sans-abris. » La salle de bingo peut accueillir 250 joueurs en temps normal, 60 durant la pandémie.

« Nos représentants, écrit Nancy Zimmerman, de la Société d’habitation des Territoires du Nord-Ouest, ont rencontré la direction de Tree of Peace pour discuter d’un tarif approprié pour la location. Celui-ci pourrait inclure, en plus du tarif habituel de location en soirée, une compensation pour les évènements annulés et les pertes salariales pour les employés touchés par l’annulation des activités. »

C’est la deuxième fois en moins de six mois qu’est invoquée la Loi sur la gestion des urgences à Yellowknife. La première était en novembre dernier : le gouvernement avait alors forcé l’installation d’un centre de jour temporaire dans l’ancien bâtiment de la sécurité minière, malgré les protestations, pour accueillir les sans-abris de la capitale ténoise. L’état d’urgence est, depuis, renouvelé toutes les deux semaines. Il a été renouvelé pour la dernière fois le 11 février.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Salle de rédaction de Yellowknife
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561