Aprés 20 ans

Comme d’habitude, le constat des vingt ans n’est pas que glorieux. Que ce soit un être humain, une organisation ou un territoire comme le Nunavut, le bilan n’est pas tout rose.


Pourtant, même si plusieurs points laissent la population du Nunavut insatisfaite, le territoire va dans la bonne direction.
Peut-être qu’il faudra un autre 20 ans pour s’affranchir des problèmes sociaux, de la basse représentation autochtone et du dynamisme de l’inuktitut et de l’inuinnaqtun.


Avec ses ressources autant terrestres, pélagiques qu’humaines, le Nunavut deviendra de plus en plus mature et saura se forger une identité qui lui ressemble.


Pour ce territoire qui sied sur trois fuseaux horaires, qui a quatre langues officielles et dont la moitié de sa population a moins de 25 ans, l’avenir est une opportunité. Les Nunavummiut.e.s montreront la voie grâce à leur culture, leur endurance, et leur diversité.


Une menace reste toutefois pendante : le climat et son irrévocable mainmise sur ce fragile écosystème arctique qu’il soit terrestre ou marin.


Inévitablement, le Canada aura toujours un rôle à jouer pour mitiger les impacts des bouleversements à venir.
Pour l’instant le Nunavut grandit encore. Il faut le célébrer, le faire connaitre et respecter ses différences.
Tout comme le reste des provinces et territoires du Canada, il est unique tout en faisant partie de ce pays aux trois océans.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages