Sur les planches : Amère America 30 ans plus tard

04 octobre 2018
Luc de Larochellière en concert au NACC, le samedi 13 octobre. 
(Crédit photo : Panneton-Valcourt)

Luc de Larochellière en concert au NACC, le samedi 13 octobre. (Crédit photo : Panneton-Valcourt)

Luc de Larochellière sera sur scène à Yellowknife avec son groupe original.
 

En 1988, le chanteur québécois Luc de Larochellière sortait Amère America, qui allait devenir disque d’or, et dont la chanson éponyme, avec Chinatown Blues et La route est longue, sont aujourd’hui des classiques de la chanson francophone. Luc de Larochellière célèbre le trentième anniversaire de ce disque en remontant sur scène avec les mêmes musiciens de l’époque, à Winnipeg, Yellowknife et Montréal.


L’idée du spectacle est née du projet de réédition du disque qui, dit Luc de Larochellière, était disparu du marché et n’a jamais été disponible sur les plateformes numériques. « Quitte à le rééditer, raconte l’artiste, nous avons eu l’idée de reformer mon vieux band et de recréer le show pour un soir à la salle du Lion d’or de Montréal dans le cadre de Coup de Cœur francophone le 1er novembre. »


Sauf qu’avant ce spectacle, l’organisation a - bizarrement, on en conviendra - suggéré au chanteur d’aller roder son spectacle à Winnipeg et Yellowknife (le 13 octobre, au Northern Arts and Cultural Centre). Bien fait pour nous !
« Vous allez assister aux avant-premières de spectacles qui se veulent assez uniques, assez exceptionnels », assure Luc de Larochellière, disant qu’il n’est pas question de tournée Amère America. Pour l’instant...

Un retour
Luc de Larochellière, à qui on doit aussi Cash City, était déjà venu dans la capitale des TNO, au début des années 2000, avec son bassiste de l’époque.


Cette fois, il sera accompagné des musiciens d’Amère America, qui étaient aussi dans les grandes lignes ceux du second album de Larochellière, Sauvez mon âme : Marc Pérusse (guitare et production), Gérard Cyr (claviers), Sylvain Clavette (batterie) et Yoland Houle (basse). Ce dernier avait déjà commencé à remplacer François Pérusse dont la carrière d’humoriste commençait à prendre son envol. Mais l’homme des Albums du peuple jouera quelques chansons au Lion d’Or.


Retrouver des musiciens d’il y a 30 ans, ça a un côté scénario de film. Le chanteur en convient. « On a recréé les Blues Brothers, rigole-t-il. Il y en a que je n’ai pas vus depuis au moins 25 ans, d’autres que j’ai revus pour d’autres projets [....]. Il y en a que je n’ai jamais arrêté de voir, mais avec qui je n’ai pas travaillé depuis le milieu des années 2000. »

Interprétations
En spectacle, le groupe jouera les chansons d’Amère America, mais aussi de Sauvez mon âme. « On répète la semaine prochaine, précise Luc de Larochellère lors de l’entrevue, le 28 septembre. Il y a des chansons que je n’ai jamais arrêté de jouer, mais d’autres que je n’ai pas jouées depuis trente ans. Je dois les réapprendre, écouter le disque et retrouver les accords. »


« Nous allons nous en tenir à quelque chose d’assez proche des versions originales, précise l’auteur-compositeur-interprète. Je n’ai pas d’objectif de relecture du vieux matériel. En général, je ne suis pas très nostalgie, je suis plus dans la création, mais une fois tous les 30 ans, on a le droit de le faire. C’est pour faire plaisir aux gens, mais aussi se faire plaisir à nous, l’idée de retomber dans ses vieux souliers. »


Amère America sera réédité en vinyle, en version limitée, et en CD, où on pourra retrouver, outre les chansons originales, des démos et une pièce inédite.


Au moment d’écrire cet article, il n’était pas assuré que les CD seraient prêts pour être vendus au spectacle au NACC.
Luc de Larochellière travaille actuellement à son 12e album, son second avec Andrea Lindsay, qui devrait paraitre début 2019.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages