Rentrée scolaire : Allain St-Cyr s’adapte aux nouvelles règles

Christine Ratel,enseignante en prématernelle, tient dans les mains les consignes sanitaires enseignées à ses jeunes élèves. (Crédit photo : Cécile Antoine-Meyzonnade)

Christine Ratel,enseignante en prématernelle, tient dans les mains les consignes sanitaires enseignées à ses jeunes élèves. (Crédit photo : Cécile Antoine-Meyzonnade)

À l’école francophone de Yellowknife, Allain St-Cyr, 165 élèves ont fait leur rentrée lundi 31 aout.

Au programme, masques colorés bien accrochés aux oreilles pour les élèves, bouclier facial en plastique pour les enseignants.

« Il y avait une fébrilité ce matin. C’est sûr que le visage de l’école change. » La directrice de l’école, Sylvie Larosse, harnachée de sa visière plastifiée, est soulagée par le déroulement de cette rentrée.

« C’est même au-delà de mes espérances, confie-t-elle. Le plan fonctionne, je pense qu’il y a eu beaucoup d’énergie qui a été investie et ça a porté ses fruits. »

Selon la directrice, il était nécessaire de commencer la planification dès le printemps. « Il y a des mesures qui ont été changées au fil du temps et nous avons été capables de nous adapter. Pour une fois, être une petite école nous avantage. »

Dans les couloirs, impossible d’oublier la pandémie. Les gestes barrières sont rappelés à chaque coin, des distributeurs de gel dernier cri sont répartis aux points stratégiques.

Bien protégé par une vitrine, Allain, la mascotte-renard de l’établissement, est lui-même masqué. Une personne supplémentaire a d’ailleurs été engagée pour le nettoyage à tout moment de la journée.

Symptômes

Si cette première journée s’avère positive, la directrice s’inquiète du futur et, surtout, des possibles symptômes que pourraient ressentir les élèves.

« L’avenir va être plus dans le concret avec la réalité des symptômes […] Il y a un protocole et ça prend la collaboration de toute la communauté », dit-elle.

Une salle d’isolement est prévue dans l’enceinte de l’école, mais cette solution est temporaire d’après la directrice. « J’ai demandé aux parents d’identifier quelqu’un qui peut venir tout de suite. Aujourd’hui, ce n’est plus une option de venir ou non. »

Sylvie Larosse tient tout de même à préciser qu’un seul symptôme, comme un nez qui coule, ne sera pas vecteur de renvoi à la maison.

 

Classes « bulles »

Parmi les adaptations liées au plan de réouverture, on retrouve les classes « bulles » ou « bulles » de classes : au secondaire, les élèves ne changent plus sans arrêt de salle de classe, mais gardent la même. Ce sont les enseignants qui doivent naviguer entre les différentes classes.

Selon Simon Markowski-Bourque, professeur principalement au secondaire, l’organisation sera peut-être à ajuster au fur et à mesure. « Pour nous, les enseignants, le problème est de ne pas avoir de base, on s’installe à la bibliothèque parce qu’on n’a pas nécessairement de place, détaille-t-il. Du côté des élèves, le problème est inversé parce qu’ils restent toujours au même endroit. »

Ainsi, des bureaux ont été installés provisoirement, notamment à la bibliothèque.

Le professeur, qui vit cette année sa dixième année consécutive, s’interroge sur la suite de l’année. « Les cours en tant que tels ressemblent à ce qu’ils étaient, mais les temps de transition, les débuts et fins de journée sont très différents et vont devenir plus problématiques, souligne-t-il. Est-ce qu’à long terme ça va s’essouffler ? J’ai l’impression que oui. »

 

Installer une « routine »

« Tout le monde s’est bien ajusté, explique la directrice. Je suis impressionnée de voir à quel point les enfants naviguent avec facilité dans ces nouvelles règles. » Effectivement, dans la cour, on peut entendre une jeune élève crier à un autre d’enlever son masque « parce qu’on est à l’extérieur ».

Au premier étage, Karine Pelletier, professeure de 2e et 3e année, prépare ses leçons à venir. « Il faut qu’on installe une routine à partir de maintenant, mais les jeunes savaient quoi faire. Je pensais que ce serait plus long. »

Revenir à l’école était nécessaire selon elle. « Ils s’ennuyaient, moi je suis apaisée maintenant. Ayant trois enfants à la maison, je ne veux pas revivre l’école à la maison. »

« C’est le Jour 1, on va s’ajuster », de dire la directrice avant de conclure dans un sourire : « On refera un bilan dans un mois ! »


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages

Salle de rédaction de Yellowknife
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Administration
Direction | Maxence Jaillet
C.P. 456, Yellowknife, NT, X1A 2N4
T 867 766-5172
Publicité nationale
Lignes Agates Marketing | Anne Gaudet
C.P. 614, Oakville , ON, L6J 0A2
T 905-599-2561