À pleine vapeur dans le nouveau millénaire : AGE de la FFT

03 mars 2000
0 Commentaire(s)
Lors de leur assemblée générale extraordinaire, les membres de la Fédération Franco-TéNOise (FFT) ont entériné les recommandations du comité d'évaluation des besoins de la communauté à quelques exceptions près. Une des exceptions notables concerne le statut de la garderie Plein Soleil. Le Comité d'évaluation recommandait : « Considérant toutefois les avantages dont jouit la garderie à l'école Allain St-Cyr, et la saine gestion de ses opérations, le comité lui recommande de viser à atteindre dans les deux ans l'équilibre en matière de fonctionnement ».

La présidente de la garderie Plein Soleil, Suzette Montreuil, a rapidement démontré en quoi cette recommandation était inacceptable. Selon Mme Montreuil, le gouvernement des Territoires offre un niveau de soutien financier qui est le plus faible au pays, cinq fois moindre que dans certaines autres juridictions au pays. De plus, en raison de sa nature communautaire, la garderie Plein Soleil continue d'offrir le service de pouponnière, bien que celui-ci fonctionne à perte. Finalement, contrairement aux autres garderies, lorsqu'une place est disponible à la garderie, il est impossible de la combler immédiatement; il faut souvent attendre qu'une nouvelle famille francophone ait besoin d'avoir recours aux services de garde.

Le comité d'évaluation des besoins de la communauté a été mis sur pied dans le cadre de l'Accord de contribution Canada-communauté et du Programme de développement culturel et communautaire. Il s'agit d'un comité tripartite (communauté francophone, gouvernement fédéral et gouvernement territorial) qui évalue les différentes demandes de financement des organisations du réseau associatif franco-ténois.

La FFT a aussi profité de cette assemblée afin de nommer des représentants auprès de différents organismes nationaux.

Ainsi, Stéphanie Clavet deviendra la représentante territoriale à la Fédération nationale des femmes canadiennes françaises. De plus, l'Assemblée a décidé que la FFT participerait à deux autres tables nationales : la Fédération de la jeunesse canadienne française (dont le représentant des T.N.-O. sera nommé plus tard) et le Réseau action éducation femme où Nikole Loubert représentera les T.N.-O.

Profitant de son Assemblée, la FFT a procédé à la remise du prix Jeanne Dubé, décerné chaque année à un ou une bénévole s'étant distingué au service de la communauté francophone des T.N.-O. Cette année, trois personnes ont reçu le prix Jeanne Dubé : Monique Bird de Fort Smith, JoAnne Connors d'Hay River et Fernand Denault de Yellowknife.

Parmi les allocutions entendues lors de l'assemblée, celle du représentant du ministère du Patrimoine canadien, Hilaire Lemoyne, a constitué une petite douche d'eau froide. Il a tout d'abord fait allusion à la poursuite judiciaire tout en indiquant cependant que les différentes parties continuaient leurs relations normales. Plus tard, dans son allocution, il a cependant indiqué que l'obtention de la pleine gestion scolaire (par le biais d'une commission scolaire francophone) devrait attendre. Le Regroupement des parents francophones des T.N.-O. ( voir texte en page X) réagira probablement à cette annonce au cours des prochaines semaines.
Suivez-nous
Changer de ville
Aucun éditorial pour cette semaine.
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages