S'abonner à Médias Ténois

« Ils ne verront probablement pas les années 2060, mais, nous, oui ! »

William Gagnon, anciennement responsable de la stratégie d’adaptation au changement climatique des Territoires du Nord-Ouest, dénonce l’inaction du Gouvernement face aux transformations à venir (Courtoisie WG)

William Gagnon, anciennement responsable de la stratégie d’adaptation au changement climatique des Territoires du Nord-Ouest, dénonce l’inaction du Gouvernement face aux transformations à venir (Courtoisie WG)

Le 22 avril 2022, jour de la Terre, un employé du ministère de l’Infrastructure démissionnait sur Twitter avec ces mots : « Avez vous déjà quitté votre emploi à cause de l’inaction climatique de votre patron le jour de la Terre ? »

William Gagnon, responsable de la stratégie de lutte contre le changement climatique au ministère de l’Infrastructure des TNO, a démissionné de manière retentissante vendredi 22 avril 2022.

Dans une lettre de démission au vitriol, que Médias ténois a pu se procurer, M. Gagnon dénonce l’inaction de son ministère quant à la lutte contre le changement climatique. Il y détaille également une longue liste d’incohérence entre son poste, qui a pour but officiel de mettre en place des stratégies d’adaptation aux changements climatiques, et les positions de membres de la haute fonction publique.

 

Capture d’écran du message publié par William Gagnon sur Twitter
 

Le Gouvernement pointé du doigt

La mise en place de stratégies de diminution des émissions de gaz à effet de serre et d’adaptation aux changements climatiques est un problème pour le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest depuis plusieurs années. En 2017 déjà, dans deux rapports distincts, le vérificateur du Canada blâmait le GTNO pour manquement à la mise en place de ces plans stratégiques.

C’est notamment à la suite de la publication de ces rapports que le gouvernement créera un certain nombre de postes au sein de son administration. « 15 emplois spécialisés ont été créés au sein de cinq ministères différents », a expliqué le GTNO dans sa réponse écrite aux questions posées par Médias ténois à la suite de la démission de M. Gagnon.

Le poste occupé entre 2021 et 2022 par William Gagnon faisait partie de ces ouvertures, justement. Comme il l’explique : « J’ai été recruté avec le mandat de m’occuper des stratégies d’adaptation et d’atténuation des changements climatiques au sein de nos infrastructures : bâtiments, centrales énergétiques ou hôpitaux, par exemple, qui sont construits sur le pergélisol. Mon travail était de tenter de planifier ce qui va se passer dans les prochaines années, pour essayer de garder la même qualité de vie tout en réduisant les émissions de nos infrastructures. »

Mais embaucher des jeunes pleins de bonne volonté ne suffit pas, visiblement. Le jeune professionnel l’explique, il se sent vite réifié dans son rôle, « comme si je n’étais là que pour respecter des accords, sans qu’on me donne les moyens d’avoir un impact », dit-il.

Le Cadre stratégique sur le changement climatique des TNO pour 2030 établi par le gouvernement, également suite aux critiques du vérificateur général dans son rapport en 2017 pousse pour une réduction des émissions de gaz à effet de serre.

D’après M. Gagnon, les décideurs des différents ministères ne considèreraient pas forcément comme prioritaire le respect de ces engagements. Il raconte dans sa lettre de démission qu’un membre de sa hiérarchie directe lui aurait dit que s’il souhaitait réduire les émissions de gaz à effet serre, il fallait qu’il « retourne dans le Sud » ».

Cette passivité présumée, le jeune activiste l’estime trop fréquente dans les hautes sphères ministérielles. D’après lui, cela expliquerait au moins partiellement pourquoi les objectifs de réduction d’émissions des TNO n’ont pas encore rejoint ceux émis par le gouvernement fédéral en décembre 2021.

« L’Assemblée législative des Territoires du Nord-Ouest a un mandat très clair : réduire nos émissions de 30 % par rapport à 2005 avant l’année 2030. C’est un objectif très modeste [plus bas que celui du gouvernement fédéral, qui est de 40 %] », critique ainsi l’ancien employé.

Dans sa réponse écrite, le Gouvernement assure être en train d’élaborer la stratégie énergétique, et déclare « prioriser la lutte contre le changement climatique dans tous ses ministères par l’élaboration et la mise en œuvre de son Cadre stratégique sur le changement climatique des TNO pour 2030 ».

 

Un problème de génération ?

William Gagnon dénonce malgré ces annonces un manque de motivation à changer les choses, qui serait dû, selon lui, à un défaut de vision à long terme. D’après lui, la démographie elle-même est un problème. Les hauts responsables, sous-ministre et directeurs, sont en moyenne trop âgés, « et ne verront probablement pas les années 2060 », au contraire de sa génération.

« Je connaitrai les 3,5 °C supplémentaires par rapport à l’ère préindustrielle, poursuit-il, je verrai les migrants climatiques par millions, les sècheresses, les feux de forêt… »

Alors, selon lui, il est temps d’agir. Les émissions d’une Ténoise ou d’un Ténois sont de plus de 30 tonnes d’équivalent CO2 par an, soit plus de deux fois la moyenne canadienne et près de huit fois la moyenne mondiale. Selon l’activiste, qui a aussi été impliqué dans la vie politique du Parti vert du Canada, les Territoires du Nord-Ouest, malgré leur faible démographie, peuvent devenir « des leadeurs dans le combat contre le changement climatique ».

Être un leadeur, William Gagnon s’y essaie. En plus de son engagement politique, il est actif dans le Conseil nordique pour l’Engagement global, il poursuit une maitrise en génie des bioressources à l’université McGill, et il cherche, évidemment, un nouvel emploi.

Une hyperactivité qui lui permet, d’après lui, de tenir son anxiété climatique à distance.

« J’y pense tous les jours, dit-il. Ma solution à ça, c’est d’agir, de me demander ce que je peux faire de concret pour accélérer la lutte contre le changement climatique. »

Contacté par la rédaction de Médias ténois, le Gouvernement des Territoires du Nord-Ouest a répondu aux questions de la rédaction dans un courriel, dont le contenu est accessible en anglais en suivant
https://cabinradio.ca/wp-content/uploads/2022/04/GNWT-climate-change-response.pdf


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.