S'abonner à Médias Ténois

Rétrospective 2021 : « Comme si ça s’était passé ici »

06 janvier 2022
(Crédit photo : Thomas Ethier)

(Crédit photo : Thomas Ethier)

2021.06.04

L’heure est au recueillement pour les résidents des Territoires du Nord-Ouest, consternés par la découverte de ces 215 sépultures d’enfants, inhumés dans des tombes anonymes durant des décennies. Des enfants qui auraient pu être les leurs.

Résidente de Behchoko`, Nora Wedzin a séjourné au pensionnat de Fort Smith à la fin des années soixante. « Je me rappelle mon arrivée. L’édifice était froid, tout était très froid et austère, rien n’était chaleureux, décrit-elle. C’était effrayant, nous étions accueillis par des étrangers. Nous avons été retirés de notre zone de confort. »

Pour la majorité des gens ayant été interné dans ces pensionnats, les découvertes des tombes anonymes remettent en lumière la douleur et le malaise ressentis. L’horreur de ces expériences est d’autant plus exacerbée que bon nombre des enfants qui y furent retenus de force ne reviendront jamais. Vigies, marches, cérémonies d’honneur et processus de guérison ne parviendront jamais à faire oublier pareil outrage. D’où l’appel pressant auprès des Églises impliquées dans ces pensionnats à reconnaitre leurs mauvaises actions et contribuer à la poursuite de la vérité et de la justice pour faire honneur à tous les enfants victimes.

À partir des articles de Thomas Ethier

Commentaire de notre journaliste, Thomas Ethier :

Environ la moitié des résidents des TNO sont autochtones, inuits et métis. Tous, sauf exception, sont victimes directes ou indirectes des pensionnats. Aucours d’une de mes entrevues, une femme retenait ses pleurs au téléphone. Les témoignages que j’ai rapportés dans cet article sont bouleversants.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.