editorial

Quand le Ramble and Ride prend vie dans la vieille ville de Yellowknife, c'est un quartier qui se mobilise. Des entrepreneurs, des artistes, des commerçants, des résidents qui se parlent et organisent tout un événement pour faire découvrir leur coin de territoires.

Heureusement qu’il n’y a pas de pont à Fort Smith, car le temps passerait trop rapidement : chaque seconde, selon le ministère des Affaires autochtones et du Nord Canada, ce sont 3,4 millions de litres d'eau qui passent dans la ville la plus méridionale des TNO.

Les territoires ont beaucoup à offrir, il faut venir pour en profiter. Le festival estival de musique de Yellowknife attire des visiteurs et des artistes venant du reste du Canada.

21 juin, 24 juin, 1er juillet, avec ces trois célébrations qui réunissent à chaque fois une foule diversifiée, les TNO n'auraient presque pas besoin du 27 juin, la journée canadienne du multiculturalisme. Pourtant, elle est justement aussi importante.

« Nous sommes assez forts. Assez forts pour avancer et pour déterminer où nous voulons aller. »

L’Aquilon est rempli de portraits de personnalités fonceuses dans ses pages cette semaine avec Yves Lécuyer qui gagne l’édition 2017 de Polyfonik, Jean-Michel Hivon qui démarre Monsieur Bagels, Isidore Makaya qui nous livre une poésie témoignant d’une sensibilité touchante et cet amoureux de la nature Nicolas Pouliot qui arrive sur les ondes de Radio Taïga.

Les débats entourant la candidature de Mme Madeleine Meilleur, qui devait devenir la prochaine commissaire aux langues officielles du Canada, sont enflammés depuis des semaines.

Deux graines sont en terre, l’une provient d’une plante vivace, l’autre d’une espèce invasive. Sans vraiment intervenir, elles poussent et s’épanouissent. Tiges, feuilles, bourgeons, fleurs, pollinisation, graines!