Communautaire : Raviver Northland sans flamber

Le samedi 7 octobre, les pompiers de Yellowknife tiendront une séance de prévention incendie bilingue lors d’une fête de rue sur la rue Fairchild dans le quartier Northland.

« C’est un premier block party pour cette petite rue du parc de maisons mobiles Northland. Les trailers y sont tous serrées les uns contre les autres. C’est un risque, car ils prennent feu très rapidement. Il nous paraissait donc important d'encourager les habitants à connaître les mesures de sécurité », annonce Mathias Blaizeau, qui coordonne l’événement et assurera l'interprétation en français des instructions données par le service de prévention des incendies.

Ce Français de 28 ans rappelle que le 3 juillet dernier, deux habitations ont été ravagées par les flammes dans ce quartier de la ville. Le public pourra apprendre comment éviter de nouveaux brasiers accidentels, loin d’être rares, dans la capitale ténoise. En 2016, un rapport du ministère des Affaires communautaires et municipales dénombrait plus de 200 incendies rapportés à Yellowknife, ce qui représente près de 86 % des incendies en zone urbaine aux TNO. Ces incidents ont infligé des dégâts s’élevant à plus de 10 millions de dollars sur le territoire.


Cette fête de rue est également l’occasion de célébrer l’arrivée de nouveaux propriétaires et les progrès réalisés au cours de l’été, telle que la rénovation d’un parc pour enfants sur lequel des protections en caoutchouc ont été ajoutées. Le public est invité à se rassembler de manière conviviale autour de jeux pour enfants et des collations afin de mieux faire connaissance. Cette fête de rue est une initiative riveraine lancée par une habitante de la rue Fairchild, Lona Hegeman, ou plutôt, Mathias Blaizeau, qu’elle héberge et nourrit en échange de divers services volontaires autour de sa maison ou à des associations comme la NWTSPCA.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.