Médias : Radio-Canada ténoise

Jusqu’ici sans couverture de Radio-Canada, les Territoires du Nord-Ouest bénéficieront désormais d’un vidéojournaliste à temps plein à Yellowknife, comme c’est déjà le cas au Yukon. « Notre stratégie est axée sur la couverture du territoire », confie Marco Dubé, directeur général des services régionaux de Radio-Canada.

Un contexte favorable
Le 28 septembre dernier, lors de la présentation du Canada créatif, le gouvernement s’est engagé à soutenir les médias écrits communautaires en situation minoritaire, conscient de l’importance des nouvelles locales. L’État entend ainsi réaffirmer sa position au sein de communautés francophones parfois ignorées.


« C’est une question de conjoncture », admet M. Dubé. Avec ce regain d’intérêt du gouvernement, les subventions reviennent : « Nous avons vécu des compressions budgétaires importantes au cours de la dernière décennie et il était très difficile d’ajouter des services permanents. Aujourd’hui, il y a un réinvestissement fédéral dans Radio-Canada », explique-t-il. On parle ici de 675 millions de dollars réinvestis sur cinq ans.


Du côté des médias communautaires, on se questionne : « Est-ce que Radio-Canada sera le seul bénéficiaire de l’argent réinjecté par Patrimoine canadien? », se demande le rédacteur en chef de L’Aquilon. « Ce serait bien de ne pas oublier les petits médias communautaires », rejoint Thibaut Rondel, directeur de l’Aurore boréale au Yukon.

Quelle place pour Radio-Canada?
Les médias communautaires, présents depuis des décennies, doivent composer avec le nouvel acteur médiatique. « Nous sommes là depuis 30 ans avec L’Aquilon : on a une façon de faire, une connexion avec la communauté, on a rempli pendant toutes ces années le mandat d’être la source d’information en français dans les TNO », souligne Maxence Jaillet.


Du côté du diffuseur public, M. Dubé assure que l’objectif est de bonifier l’offre présente : « C’est important que le diffuseur public soit présent dans une région où la francophonie est vibrante et active. On veut couvrir des sujets qui témoignent de la réalité des auditoires des régions et témoigner de la vitalité culturelle des communautés francophones éloignées des grands centres. »

Des mandats différents
Hélène Lequitte, rédactrice en chef du Franco, en Alberta, rappelle que « les mandats ne sont pas les mêmes ». D’un côté, les journaux communautaires représenteraient la communauté francophone, de façon locale et resserrée, et de l’autre, Radio-Canada aurait vocation à couvrir des sujets plus larges, « avec d’autres moyens ».


Mais la différence de mandat est parfois floue. Pour Thibaut Rondel, directeur de l’Aurore boréale, à Whitehorse, « les mêmes sujets avec les mêmes intervenants » sont parfois traités à Radio-Canada. Cette duplication de contenu aurait tendance à s’accentuer avec le virage numérique, mêlant « complémentarité et concurrence » pour le responsable.
Afin que Radio-Canada ne soit pas un compétiteur pour les médias communautaires déjà en place, Maxence Jaillet reste ouvert à la collaboration : « Pouvoir échanger, partager, trouver une façon de travailler pour servir au mieux la communauté ». Au fond, il considère l’arrivée de Radio-Canada à Yellowknife comme « une alternative au bénéfice de la communauté ».


Pour M. Rondel, toutefois, une collaboration n’est pas souhaitable à l’heure actuelle avec la journaliste de Radio-Canada basée à Whitehorse, car « nos journaux doivent impérativement conserver leur indépendance et leur liberté de ton ». Il reconnaît néanmoins le bénéfice de la « pluralité des médias francophones dans le Grand Nord canadien ».
Avec une éventuelle ouverture de poste permanent au Nunavut, « un projet en réflexion », révèle Marco Dubé, le paysage médiatique s’apprête à se diversifier. Reste à souhaiter que « plus la faune médiatique est diverse, plus elle s’enrichit », comme l’estime la rédactrice du Franco.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.