Pensez-y

Malgré le fait que le magazine National Geographic ait placé le Canada au 7e rang des pays les plus heureux du monde l’an dernier, ce n’est pas nécessairement évident d’y être une femme, ou d’y être quelqu’un qui s’identifie comme étant femme.

Après avoir amplement entendu parler du budget fédéral pour 2018 dans les médias, j’ai fini par tomber dessus… Et de prendre conscience de l’ampleur des inégalités salariales actuelles qui sépare les sexes binaires.


Malheureusement, pour un nombre considérable de femmes, cette problématique est bien insignifiante comparativement aux formes de violences dont elles sont victimes (physique, verbale, etc.) Je pense surtout aux femmes autochtones portées disparues ou assassinées. La réalité la plus déconcertante qui est exposée dans ce fameux budget, par l’entremise de Statistique Canada, c’est que les femmes autochtones ne composent que 5 % de la population féminine canadienne, mais qu’elles comptaient pour 24 % des victimes d’homicides en 2015.


Pour ces femmes et ces jeunes filles à qui justice n’a pas encore été rendue, il existe depuis 2004 le mouvement No More Stolen Sisters. Cette initiative a vu le jour après la parution d’un rapport d’Amnistie internationale, qui révélait que les femmes autochtones étaient trois fois plus susceptibles d’être victimes de violence et six fois plus enclines à être assassinées que n’importe quel autre groupe féminin au pays.

No More Stolen Sisters réclame, entre autre, un plan d’action national pour mettre fin à la violence envers les femmes autochtones. C’est une pétition qui vaut vraiment la peine d’être signée.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages