Mort-à-toire


Je n’arrive pas à laisser le Projet Gazier Mackenzie (PGM) tranquille. Je le vois qui pointe son long cou à chaque décision politique sur les ressources fossiles arctiques.


Cette fois-ci, avec le petit moratoire de cinq ans sur l’exploration pétrolière et gazière dans l’Arctique canadien, je pense que le gouvernement fédéral a décidé de ne pas nourrir ce serpent qui voudrait s’allonger le long des 1200 km qui séparent Inuvik à la frontière albertaine.


Ensuite, je me dis que de ne pas alimenter ce projet en gestation ne l’abat pas forcément.

En 2022, le moratoire sera révisé, ce sera aussi le temps pour le PGM de décider d’exploiter ou non toutes les ressources déjà connues du Delta de Beaufort et profiter de l’élan économique pour explorer le reste. Tuktoyaktuk ne sera pas laissé à l’écart si l’Arctique venait à être siphonné.

Le bon coté de la médaille réside alors de considérer ces cinq années comme une pause, un espace moral pour étudier un développement durable. Autre chose que simplement le tourisme. Car les toutes les choses que l’on croit renouvelables ne le sont pas forcément : Les pingos s’affaisseront à force que les touristes fassent de la luge sur ces collines de pergélisol. Les loups auront du mal à survivre pour fournir toutes ces mitaines qu’il faudra vendre aux visiteurs.


Il faudra vraiment innover pour que ce hameau aux bords de notre troisième océan trouve une source de développement économique qui s’adapte et perdure au réchauffement du climat en Arctique.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Changer de ville
Sondage
L'Aquilone, 5 publications au féminin! Comment avez-vous réagi au changement de nom de L'Aquilon durant le mois de mars?

Voir tous les résultats des sondages