Ramble and Ride 2017 : Lorsque balade rime avec découvertes

Pour une onzième année, tout le Old Town de Yellowknife vibrait au rythme du festival Ramble and Ride, du 4 au 6 août. Un événement désinvolte qui propose chaque année une multitude d’activités et de prestations diversifiées.

« C’est principalement un festival musical et artistique. Nous avons trois scènes musicales, des ateliers d’art et d’artisanat, ainsi qu’un marché public », explique Lisa Giovanetto, coordinatrice de l’événement. Gratuit pour tous, Ramble and Ride est un festival unique en son genre qui invite à la découverte d’Old Town. En se baladant le long d’un circuit ponctué d’une quinzaine de stations, les visiteurs pouvaient assister à des spectacles de musique, participer à des ateliers de peinture et de création de verres ou encore danser le baladi, pour ne nommer que ces activités.

Le festival se distingue des autres événements culturels du fait de son aspect décontracté et sans complication. « Il s’agit d’un festival relax. C’est d’ailleurs pourquoi on l’appelle ainsi : les gens se baladent à pied ou en vélo et regardent ce qui s’y trouve […] Et contrairement aux autres festivals, on peut aussi participer à des ateliers, [il n’y a pas seulement des concerts] », explique Lisa Giovanetto.

« Ça permet aussi d’attirer des individus dans Old Town et de leur montrer la culture et l’histoire de ce lieu », poursuit-elle. Des films rétrospectifs de Yellowknife étaient d’ailleurs diffusés à l’une des stations afin de montrer aux visiteurs toute la richesse historique de la vieille ville.

Chaque année, depuis maintenant onze ans, de nouveaux commerçants et artistes participent à l’événement et les visiteurs qui affluent sont toujours plus nombreux. Pour preuve, lors du concert de lancement vendredi dernier, près de 80 festivaliers étaient présents, un record.

L’opéra s’invite    
Alors que le temps était gris et pluvieux samedi dernier, une musique douce et ensoleillée émanait de la scène située à la galerie Down to Earth. La soprano québécoise Léa Weilbrenner était effectivement présente pour y donner un concert d’opéra. 

Celle qui détient un baccalauréat et une maîtrise en chant classique à l’Université Mcgill a enchainé plusieurs airs d’opéra populaires, tous rattachés à la thématique de l’amour. Carmen de Georges Bizet ou encore La Bohème de Puccini ont fait partie des mélodies que les nombreux spectateurs amassés ont pu entendre.

« C’est la première fois que je chante aux TNO. Je chante dans la province de Québec et j’ai aussi chanté à Berlin en Allemagne. Sinon, je chante principalement à Montréal comme soliste », explique-t-elle. Alors qu’elle était initialement de passage à Yellowknife pour visiter la capitale ténoise, la Montréalaise a profité de sa visite pour participer au festival avec sa prestation.

« J’ai trouvé ça cool qu’il y ait un festival et que je puisse y chanter. J’étais agréablement surprise, mais pas étonnée qu’il y ait de l’art ici », ajoute-t-elle.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.