Le virage artistiquement numérique

La ministre du Patrimoine canadien expose le plan du gouvernement pour un futur absorbé par le numérique. Ce n’est même pas un désir, c’est un vortex qui emmène les plus grosses et les plus petites organisations qui veulent s’émanciper ou simplement survivre.


À l’échelle du journal communautaire, c’est de diversifier notre contenu et de le rendre de plus en plus attrayant et accessible. C’était la même chose il y a 10 ans. Maintenant, il faut aussi qu’il soit visible sur de multiples plateformes, sous des formats et des médias divers.


Finalement que ce contenu soit ce nageur capable d’attraper la vague, lorsque le courant médiatique vient et qu’il soit prêt à déferler sans se noyer dans le bouillon qui se fracasse sur la plage.


Ce n’est pas la popularité, mais la créativité et les ressources qui vont donner du muscle et de l’endurance à ces médias locaux pour affronter le ressac. La popularité, elle, sera responsable de la vitesse de la vague.


Si ces ressources peuvent venir de subventions gouvernementales, elles peuvent également être autofinancées. Ça va prendre de l’innovation, donc aller chercher l’esprit créateur et de bonnes méthodes pour percer un marché. Ce ne sont pas seulement les journalistes, mais également les agents de marketing, et les artistes qui pourront mettre leur maillot.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.