PaddleFest 2017 : Le cœur à la rivière

Leif Aubrey-Smith (Crédit photo : Maxence Jaillet)

Leif Aubrey-Smith (Crédit photo : Maxence Jaillet)

La collectivité de Fort Smith a de nouveau démontré l'importance de la rivière des Esclaves pour sa communauté durant le rendez-vous annuel du PaddleFest, cette première fin de semaine du mois août.

C’est le troisième festival sur la rivière des Esclaves pour Catherine Lapointe, qui réside à Fort Smith et a un emploi d'étudiante pour l'été avec Parcs Canada. Alors qu’elle est une enthousiaste kayakiste, ce dimanche, elle porte le vert et mène les spectateurs le long d’une randonnée vers le English Channel pour la compétition de Slalom. 

Selon elle, le partenariat entre Parcs Canada et le PaddleFest est légitime, car les deux organisations ont un lien très serré avec la rivière. Parcs Canada protège le delta de l’Athabasca et les pagayeurs profitent de la rivière qui en découle. Une rivière accommodant tous les niveaux d’expérience. Les festivaliers qui viennent ici pour le PaddleFest repartent avec un sentiment d’appartenance à la rivière des Esclaves. « Les gens veulent protéger ce qu’ils connaissent, alors plus de monde il y a, plus de monde aura le cœur à la rivière. »

Renée Rodgers participe pour la première fois à la course de canoë en duo. « Je me suis fait des bleus sur les pieds car nous n’étions pas super bien équipés, mais c’était ben le fun, c’était comme une montagne russe. » Avec un canoë qu’ils ont acheté à la fin de l’été dernier, Renée Rodgers et Joey Roy descendent pour la première fois les rapides du Mountain Portage et gagnent la course. « Je dirais que je suis débutante… mais l’esprit positif, ça va loin. Et maintenant, on sait que notre canoë peut passer des rapides. »

Pour Joey Roy, qui vit à Fort Smith, le PaddleFest est un rendez-vous. C’est aussi un passionné de musique et il est de ceux qui stimule les activités de l’Association de musique de Fort Smith. « Il y a un bon climat, la ville a acheté une estrade, et l’Association a commencé à faire des concerts l’an passé au printemps, en juin et à la fin de l’été. Les deux dernières années, j’aidais pour la soirée du samedi soir du PaddleFest. Cette année, Natalie Anderson qui a organisé le Paddlefest nous a donné l’organisation du samedi soir, alors j’ai combiné les deux ensemble et il y eu des concerts pour la soirée du PaddleFest. La ville de Fort Smith nous a prêté l’aréna et l’estrade. Donc c’était une bonne collaboration. Depuis le feu de l’arena [2013], c’est la première fois qu’il y a de la musique dans le nouveau bâtiment. La qualité du son était bonne, et les gens étaient contents. On veut un événement communautaire en même temps que les événements de rivière. »

Leif Aubrey-Smith participe lui aussi à sa première course, il voulait être le premier, mais s’est contenté d’une quatrième place. Du haut de ses 10 ans, il dit que cela fait sept années qu’il a commencé le kayak. C’était sur la rivière des Esclaves. L’hiver il s'entraîne en piscine avec le club des jeunes kayakistes de Fort Smith. Il assure qu’il va continuer à profiter de ce site et s’améliorer pour les années à suivre.

Si les ténois profitent de la rivière, il y a aussi les visiteurs internationaux. Joaquim Fontané Masó est venu spécialement de Catalogne en Europe pour promouvoir la rivière des Esclaves. Le triple champion d’Europe a été invité par l’organisation de Fort Smith pour qu’il puisse s’amuser sur les vagues légendaires, telles que Rock’em Sock’em et Outrageous. Et bien sûr les promouvoir sur les réseaux sociaux.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.