Entrepreneuriat : Le bonheur du pain

Seiji Suzuki devant le Centre Square Mall, où sa boulangerie Ja-pain doit ouvrir avant le 1er décembre (Crédit photo : Sandra Inniss)

Seiji Suzuki devant le Centre Square Mall, où sa boulangerie Ja-pain doit ouvrir avant le 1er décembre (Crédit photo : Sandra Inniss)

Une nouvelle boulangerie d’influence japonaise ouvrira ses fourneaux sur l’avenue Franklin à Yellowknife d’ici le mois décembre.

Ja-pain, c’est le nom de la boulangerie de Seiji Suzuki, gagnant du concours Win your Space de la Ville de Yellowknife. Son espace locatif gratuit pour une année est situé en plein centre-ville, avec vitrine sur rue donnant sur Franklin, dans le Centre Square Mall à Yellowknife. Un petit espace, dont la moitié sera occupé par la cuisine et un petit comptoir.
« Nous avons quatre mois pour tout faire, donc ça devrait aller », dit M. Suzuki, souriant.

Il ne s’agit pas du premier commerce qu'il détient. Il est aussi propriétaire du restaurant Sushi North et a aussi été opérateur touristique pour des clients japonais à la chasse d’aurores boréales pendant 13 ans.

« Je viens du Japon et on dit aussi " pain " en japonais (d’où Ja-pain). L’épellation est un peu différente en japonais, le pain l’est aussi. Si tu vas au Japon, il y a beaucoup de boulangeries, très très bonnes. Les gens sont toujours surpris par la nourriture japonaise, par le pain aussi. Bon, moelleux, frais... C’est bon! », détaille-t-il.

Le propriétaire de l’actuel Sushi North effectue présentement des tests en vue d’offrir un produit de qualité avec un prix qui conviendra à ses consommateurs. Il commence avec sa recette originale japonaise et l’adapte aux goûts des gens. « On va essayer de faire ça Yellowknife style », de dire l’entrepreneur.

Son intention initiale était d'importer une farine non blanchie du Japon pour faire des pains au lait Hokkaido, mais la réglementation l’empêche de le faire. Il se contentera donc de cuisiner avec de la farine organique-non-blanchie-canadienne pour commencer.

Le lieu : un défi
« De nouveaux commerces ouvrent dans la nouvelle ville près de l’aéroport et le centre-ville devient de moins en moins populaire. Alors la Ville de Yellowknife a pensé faire ce concours pour accroitre l'achalandage et avoir de belles boutiques. Quelque chose qui ramène les gens au centre-ville. »

Les autres compétiteurs avaient, selon M. Suzuki, de très bonnes idées, mais son commerce était potentiellement plus susceptible d’attirer du trafic avec un produit abordable et comestible.

Être propriétaire d’un commerce au centre-ville demeure un gros défi pour l’entrepreneur : « Mon plan original c’était d’aller dans la nouvelle ville, mais quand j’ai vu la publicité de la ville, qui souhaitait accroitre l'achalandage au centre-ville... j’ai compris… comme j’ai un déjà un commerce ici. »

Il relate les vitrines défoncées du A&W, les gens qui ont déjà dormi dans les escaliers de son restaurant, les altercations dont il a été témoin. Seiji Suzuki espère pouvoir communiquer avec les personnes en difficulté qui fréquentent le Centre Square Mall pour établir des liens avec eux, par échange de service par exemple. 

Sa boulangerie aurait la vocation de rendre les gens heureux. « Les gens qui mangent bien, s’ils mangent de la bonne bouffe, ils ont un visage très très heureux. Ce n’est pas important d’où tu viens, tu peux voir sur leur visage si c’est de la bonne nourriture ou pas. Même avec l’odeur », dit-il en ajoutant à la blague qu’il aimerait installer un système d’aération qui enverrait les odeurs de son pain dans la rue.

« Le centre-ville a besoin de plus de chose comme ça, de plus de personnes qui viennent. On a besoin de choses heureuses au centre-ville », conclut Suzuki.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.