La nouvelle est arrivée

Ce n’est pas de la nouvelle année dont il est question, car cette nouvelle là se prédit facilement et reste inévitable. C'est de la nouvelle de l’année dont on parle, qui est à placer en 2017, pour qu'il reste de la place pour toute la réussite de 2018.
L’Aquilon a suivi le dossier du Projet gazier Mackenzie depuis ses débuts. Tant de politiciens, d’entreprises ténoises, d’environnementalistes, et de monsieur et madame tout le monde en ont parlé au cours de l’étude d’impact environnementale, que le PGM était partout, même dans des films.
Voir un dossier se clore est toujours une satisfaction. Car, quoi qu’en dise le président de l’Aboriginal Pipeline Group, le PGM comme on le connait ne se construira pas.
Que ce soit une mauvaise nouvelle pour l’économie territoriale ou que ce soit une bonne nouvelle pour sa Terre-Mère, les TNO vont passer à autre chose : construire des routes, développer des sites touristiques ou de nouvelles terres agricoles. Des activités économiques que le territoire a déjà mises en place et qu’il faut faire perdurer. Bien sûr, rien ne sera à l’échelle de ce qui aurait été le plus onéreux chantier du Canada.
Toutefois, il est toujours possible de concrétiser autrement un des bénéfices prévus du PGM qui était de produire localement du gaz naturel pour des communautés de l’Arctique afin de réduire leur dépendance au diesel.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.