La francophonie plurielle

La francophonie ténoise a encore bien de l’encre à faire couler. Peu importe ce qui s’est déjà écrit, ce sont les actions présentes qui vont faire la différence. Que ce soit au sein des organismes francophones au niveau individuel, par leurs collaborations, leur soutien, leurs partenariats, les Ténois vont réussir à écrire leur histoire. Il est certain que les réussites, l’implication, les revendications des années passées doivent essentiellement être reconnues, célébrées… mais elles ne doivent pas ternir ou embellir ce qui va s’effectuer maintenant. Laissons agir les acteurs communautaires à tous niveaux, avec les bénéfices de leur motivation. La Fédération franco-ténoise va se transformer, la communauté est mûre pour cela. L’organisme veut représenter le plus de Ténois possible? Les résidents verront bien s’ils s’identifient à cette nouvelle mouture du porte-parole francophone. Il va falloir être inclusif, parler d’une francophonie plurielle et s’afficher comme telle.
Dans cette diversité, il y aura aussi l’adversité. Soit interne, soit externe, mais elle sera là. Alors les ajustements, les erreurs, les accomplissements seront davantage explicites de ce parcours des francophones au nord du 60e.
Un parcours commencé il y a des centaines d’années avec Laurent Leroux en 1780.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.