Chronique Arcticité : Visite présidentielle et synchronicité

À la suite de son passage dans l’Arctique, notre premier ministre Justin Trudeau nous laisse beaucoup de questions. Dans le monde de la diplomatie, il n’y a ni hasard ni coïncidence.


La veille de sa première rencontre avec M. Trump, nouveau président américain, notre premier ministre, en revenant d'Iqaluit, a fait escale à Yellowknife. Au mois de décembre, la veille du départ de la Maison-Blanche du président sortant, M. Obama, M. Trudeau entérinait avec lui un moratoire sur le développement dans l’Arctique.


Au milieu d’un nombre important de questions politiques d’intérêt national, M. Trudeau nous fait quand même quelques révélations. D’abord, nous dit-il à l’occasion de sa rencontre du matin avec le grand public, en réponse à Darrel Nasogaluak, maire de Tuktoyaktuk, l’enjeu écologique dans la région prédomine sur les questions économiques pour lesquelles, tente-t-il de nous rassurer, « en travaillant ensemble nous nous assurerons que d’autres portes s’ouvriront ».

Il fait part aussi, à la suite d’une question subsidiaire sur le développement du Nord, de l’importance des infrastructures de transport entre nos collectivités, sans être vraiment précis et sans bien sûr s’engager.


Par ailleurs, lors d’une conférence de presse un peu plus tard dans l’après-midi, il nous fait une révélation marquante, d’autant plus qu’elle n’était pas vraiment à sujet : l’approche de son gouvernement sur la souveraineté canadienne dans l’Arctique ne doit plus se faire sur des bases militaires, mais sur l’intégrité sociale et économique des populations locales.


Alors, posons-nous des questions, et surtout la plus évidente : quel avenir pouvons-nous anticiper dans une région si critique, et que l’on sentirait brusquement tant isolée, sinon tant abandonnée, et pourtant si sollicitée?


Car dans le monde du libéralisme mondial qui se fragmente entre une nouvelle Chine hégémoniste que l’on savait nombriliste, un inimaginable rapprochement des sœurs traditionnellement ennemies qu’étaient les États-Unis et la Russie, et l’impensable morcellement de l’Union européenne, le Conseil de l’Arctique, qui regroupe Canada, États-Unis, Russie et pays européens scandinaves, avec comme membres observateurs non plus seulement France, Allemagne, Italie, Japon, Corée du Sud, Pays-Bas, Pologne, Singapour, Espagne et Royaume-Uni, mais nouvellement, depuis 2013, Chine et Inde, devient soudainement le seul forum paisible et progressiste pour les questions écologiques, climatiques, humaines, scientifiques et du droit international – où les couteaux tirés entre tous ces intervenants se rangent pour que se tendent les mains entre sciences et consciences.


Qui plus est, l’Arctique est la seule région avec sa contrepartie, l’Antarctique, où les enjeux de l’explosion démographique globale n’ont pas mise.


Dans cette optique, notre région pourrait-elle alors voir son économie passer de l’exploitation des ressources naturelles à celle d’un tourisme de haute diplomatie internationale; son besoin d’équipement, de celui de transport industriel utilitaire à celui d’un urbanisme de villégiature de luxe?


Rappelons que la première salve de cette politique fiction fut en fait lancée avec le choix d’Iqaluit pour la réunion des ministres des Finances du G7 en février 2010. Appelons ça « guise de réponse ».
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Changer de ville
Sondage
L'Aquilone, 5 publications au féminin! Comment avez-vous réagi au changement de nom de L'Aquilon durant le mois de mars?

Voir tous les résultats des sondages