Ville amicale

Quand le Ramble and Ride prend vie dans la vieille ville de Yellowknife, c'est un quartier qui se mobilise. Des entrepreneurs, des artistes, des commerçants, des résidents qui se parlent et organisent tout un événement pour faire découvrir leur coin de territoires. 

C'est identique à Fort Smith, avec le PaddleFest où toute une collectivité va décider de se mettre à son meilleur. Le Friendship festival qui animait autrefois les étés de Thebacha, n'est plus en action depuis 2013. Le 25e anniversaire de ce rendez-vous musical n'a même pas été fêté cette année-là dû au feu ayant endommagé l'aréna en mai 2013. La communauté avait besoin d'un élément déclencheur pour raviver l'enthousiasme festif et amical qui régnait. Cet élément semble être le partenariat. À Fort Smith, la rivière des Esclaves est un incontournable élément de la vie des résidents. Si on doit se déplacer vers le rivage pour l'observer, on peut l'entendre de partout où l'on se trouve dans la collectivité. C'est légitime qu'il y ait une conférence sur la protection de l'eau, Tu Beta Ts’ena « l’eau, c’est la vie », c'est légitime aussi qu'il y ait une célébration des multiples activités que l'on peut faire sur cette rivière, Paddle Fest, c'est légitime qu'un spectacle de musique puisse sceller ces réjouissances en se nommant River Stock. C'est légitime mais il faut le faire. Il faut la bonne énergie, et la bonne entente entre les différents organismes. Bravo Fort Smith, si le Friendship Festival n'est plus, vous n'avez pas perdu l'essence de son nom.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.