Petite enfance : Vers un programme de travail éducatif adapté

17 novembre 2017
Le gala pour célébrer le 
25e anniversaire de la garderie Plein Soleil a eu lieu le 4 novembre dernier. Pour l'occasion la directrice générale de la Fédération des parents francophones du 
Nouveau-Brunswick, Chantal Varin, a donné une conférence sur l’accueil du parent francophone en milieu éducatif. Il y a aussi eu du gâteau! Rangée du bas : 
Geneviève Potvin, éducatrice 
(qui tient Joséphine Mersereau), 
Courtney Baker, éducatrice, Monica Herrell, éducatrice et responsable de plancher. Rangée du haut : 
Marie-Claude Taillefer, adjointe 
pédagogique (qui tient Romy Rioux), Ghislaine Bergeron, 
éducatrice, Rachelle Francoeur, directrice générale (qui tient 
Landon Kraft-Bailey), Margaret Cimon, éducatrice et responsable des achats, Amandine Galuissi, éducatrice (qui tient Théa 
Macpherson). (Courtoisie : GPS)

Le gala pour célébrer le 25e anniversaire de la garderie Plein Soleil a eu lieu le 4 novembre dernier. Pour l'occasion la directrice générale de la Fédération des parents francophones du Nouveau-Brunswick, Chantal Varin, a donné une conférence sur l’accueil du parent francophone en milieu éducatif. Il y a aussi eu du gâteau! Rangée du bas : Geneviève Potvin, éducatrice (qui tient Joséphine Mersereau), Courtney Baker, éducatrice, Monica Herrell, éducatrice et responsable de plancher. Rangée du haut : Marie-Claude Taillefer, adjointe pédagogique (qui tient Romy Rioux), Ghislaine Bergeron, éducatrice, Rachelle Francoeur, directrice générale (qui tient Landon Kraft-Bailey), Margaret Cimon, éducatrice et responsable des achats, Amandine Galuissi, éducatrice (qui tient Théa Macpherson). (Courtoisie : GPS)

La garderie francophone développe un outil pour rehausser le travail des éducatrices qui pourrait servir dans l’ensemble des garderies ténoises.

La garderie Plein Soleil pourrait être une des premières institutions du genre dans les trois territoires à se doter d’un programme de travail éducatif, qui favoriserait la croissance des enfants et tiendrait compte des cultures nordiques.
 

De tels programmes existent actuellement dans huit provinces canadiennes et proposent une orientation quant aux types d’activités, aux principes directeurs, à la conception des interventions et aux apprentissages. Ils permettent de rehausser la qualité des interventions et de conserver les lignes directrices lorsqu’il y a un roulement de personnel.
 

La garderie Plein Soleil (GPS) a engagé la coordonnatrice et productrice de spectacles et d’émissions pour enfants Caroline Lajoie-Jempson pour implanter une telle approche.

Projet
Le projet se déroulera sur deux ans, avec une mise à l’essai en septembre 2018 suivie du dépôt final en mars 2019. Caroline Lajoie-Jempson a déjà présenté au comité de la GPS une revue des programmes de la petite enfance au Canada et dans cinq autres pays : trois scandinaves, en raison de similitudes socio-économiques avec les TNO — et parce que la Finlande est mondialement renommée pour la qualité de son enseignement —, ainsi que l’Australie et la Nouvelle-Zélande, dont la perspective multiculturelle a beaucoup orienté certains programmes au Canada.


Le comité est invité à choisir parmi ces programmes des principes directeurs, des valeurs et des objectifs de développement de l’enfant qui ressemblent au contexte des francophones des Territoires du Nord-Ouest et à les adapter.

Points d’ancrage
« La perspective, dit Caroline Lajoie-Jempson, est multiculturelle et conserve l’idée de la réconciliation. C’est très tendance, si on veut, mais c’est plus que ça, ça fait partie des valeurs des Territoires du Nord-Ouest. » Mme Lajoie-Jempson connaît les Territoires puisqu’elle a été la première directrice générale de la GPS. La culture francophone y est moins homogène qu’avant, note-t-elle, et il faut aussi tenir compte de ces changements dans l’établissement du programme éducatif soutenu par Patrimoine canadien.


Un des points essentiels est que le programme aide les éducatrices, c’est pourquoi Mme Lajoie-Jempson favorise beaucoup le contact avec celles-ci. Elle reviendra sporadiquement leur donner des formations. « On fait aussi ça pour l’avenir, ajoute-t-elle, et donc il faut toujours conserver une perspective globale. »


Après la mise au point d’outils de communication avec les parents et de matériel de référence, le programme de travail éducatif sera mis à l’essai de septembre à décembre 2018, puis il sera évalué. Mme Lajoie-Jempson souhaite que le gouvernement ténois reconnaisse le programme et que celui-ci soit par la suite utilisé dans les autres garderies des Territoires.

Avec une collaboration de Maxence Jaillet


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.