Agence spatiale canadienne : Une candidate pour l’espace aux Territoires du Nord-Ouest

La candidate astronaute, Nathalie Sleno, pendant un des tests d’aptitudes.
(Source : Agence spatiale canadienne)

La candidate astronaute, Nathalie Sleno, pendant un des tests d’aptitudes. (Source : Agence spatiale canadienne)

Il ne reste que quelques semaines avant la fin du processus de sélection de l’Agence spatiale canadienne, qui permettra de déterminer l’identité des deux nouveaux astronautes canadiens; une résidente de Yellowknife figure parmi les candidats toujours en lice.
 

L’Agence spatiale canadienne a reçu un total de 3772 candidatures lors de cette quatrième campagne de recrutement d’explorateurs de l’espace (les campagnes précédentes ont eu lieu en 1983, 1992 et 2009).


Au terme d’un processus de sélection qui aura duré presque un an, l’identité des nouvelles recrues sera dévoilée à l’été. La résidente de Yellowknife, Nathalie Sleno, fait partie des 17 candidats qui pourraient devenir astronautes.


La candidate ténoise est conseillère médicale pour le Nord et soigne le personnel militaire de la Force opérationnelle interarmées (Nord) et des Rangers canadiens. Elle est également responsable de questions et de préoccupations aéromédicales pour l’armée de l’air.

Processus de sélection
Au tout début du processus en septembre 2016, quatre candidats des Territoires du Nord-Ouest ont passé l’examen d’entrée à la fonction publique. En novembre 2016, seule la candidature de Mme Sleno demeurait dans la course à la suite de l’étude approfondie des dossiers aux TNO.


Le processus de sélection a également comporté des tests pour évaluer la pensée critique, le raisonnement analytique, la créativité, la forme physique, la résilience et la capacité de travailler en équipe dans des conditions extrêmes.


Le ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains, affirme que les dix-sept finalistes sont issus de milieux très variés. Médecins, ingénieurs, pilotes et chercheurs sont dans la course.

Servir la race humaine
Dans son profil à l’Agence spatiale canadienne, Mme Sleno explique que ce serait un rêve pour elle de se trouver « à la plus grande frontière connue, de repousser les limites de la connaissance et de faire partie intégrante de cette aventure ».


À son avis, « l’exploration spatiale sert l’humanité tout entière, sans égard pour les frontières ou les divisions. Ce qui est acquis grâce à l’exploration spatiale est acquis pour l’ensemble de la race humaine ». Elle rêve d’avoir le privilège d’y participer.


Les deux astronautes sélectionnés commenceront, en août 2017, une formation préparatoire aux missions spatiales, d’environ deux ans, au Centre spatial Johnson de la NASA, à Houston au Texas. Depuis 1983, seulement douze Canadiens ont été recrutés pour devenir astronautes.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.