Énergie : Un sommet électrique

Rivière Talston (photographie d'archive, 2008)

Rivière Talston (photographie d'archive, 2008)

 Bob McLeod réaffirme l’importance du projet Talston pour stabiliser l’économie des TNO
et assainir son environnement.

Le premier ministre des Territoires Bob McLeod a profité d’un symposium organisé au Yukon par l’Association canadienne de l’électricité (ACÉ) pour faire la promotion du projet hydroélectrique Talston et du projet d’éolienne à Inuvik.


Le 20 juin, la journée précédant l'assemblée générale annuelle de l'ACÉ, ATCO et Yukon Energy avaient organisé à Carcross un symposium réunissant des représentants des Premières Nations, des gouvernements et du secteur des affaires des trois territoires, qui avait pour but de favoriser l’échange d’idées sur l’électricité. C’est le premier ministre des TNO Bob McLeod qui a prononcé le discours d’ouverture.


M. McLeod a rappelé qu’avec un potentiel estimé à 11 000 mégawatts, les TNO possèdent une capacité hydroélectrique de l’ampleur de la Baie-James ou de Churchill Falls et que sans un projet comme Talston, la vision d’un environnement sain et d’une économie stable et diversifiée n’est qu’un rêve.


Le projet du gouvernement ténois, on le rappelle, chiffré à plus d’un milliard de dollars, vise à raccorder les réseaux Snare (Esclave Nord) et Talston et à augmenter la capacité de ce dernier de 18 à 60 mégawatts puis, dans une seconde phase, à 115 mégawatts en 2040.


« Les possibilités qui seraient créées en branchant les collectivités et les mines à une électricité propre dans le territoire sont infinies, a déclaré M. McLeod. Et c’est pareil pour les occasions favorables qui émergeraient en branchant l’hydroélectricité des TNO au réseau continental par une ligne de transmission de 200 kilomètres en Saskatchewan. »

Croissance du marché
La présidente-directrice générale de la Société d’énergie des Territoires du Nord-Ouest, Jay Grewal, siège au conseil d’administration de l’ACÉ et participait au symposium de Carcross. Questionnée sur la pertinence de développer le projet Talston alors qu’au sud, les barrages Site C et Keeyask sont déjà en construction et qu'Amisk en Alberta pourrait s’y rajouter, Mme Grewal a fait valoir « qu’il est prévu que la demande en électricité à faible émission de carbone croisse dans les marchés du Sud dans les prochaines années ».


« La construction d’une ligne de transmission jusqu’en Saskatchewan est une solution durable et responsable pour aider à satisfaire cette demande », a-t-elle ajouté.


Le premier ministre McLeod a également fait valoir le projet de parc d’éoliennes à Inuvik lors du symposium, qui pourrait diminuer de 4000 tonnes la production annuelle de gaz à effet de serre des TNO. Une étude de faisabilité de ce projet est en cours.
Selon Mme

Grewal, citée dans un communiqué de l’ACÉ, nous sommes à un moment pivot de l’histoire avec des projets en cours ou planifiés dans le secteur électrique. « Des occasions intéressantes émergent de la bienveillance du gouvernement fédéral à investir dans les infrastructures vieillissantes, à développer les ressources hydroélectriques et les technologies renouvelables. »

Conscience septentrionale
L’ACÉ, formée de différents intervenants publics et privés du domaine de l’électricité, tenait pour la première fois de son existence une assemblée générale annuelle dans le Nord, en l’occurrence à Whitehorse. Une rencontre un peu historique pour l’ACÉ, affirme le gestionnaire média et évènement de l’ACÉ, Mouktar Abdillahi. « L’idée derrière [le lieu] était de mettre la lumière sur l’importance d’investir dans l’infrastructure d’électricité du Nord, précise-t-il, de faire ces investissements pour les populations et pour l’économie locale [...]. Le Nord doit faire partie de l’économie de l’avenir, une économie propre et durable [...] et sa dépendance au diésel devrait changer. »


À l’issue de son assemblée du 21 juin, le conseil d’administration a émis six recommandations aux gouvernements territoriaux et provinciaux, mais surtout au fédéral. Ces recommandations se résument à un appel à l’augmentation des investissements dans le secteur et à leur priorisation.


Cela concerne entre autres le Programme d’approche responsable pour le développement énergétique des collectivités du Nord (ARDEC Nord), qui devrait inclure du financement pour le démarrage de projets. L’interconnexion entre provinces et territoires devrait aussi être priorisée, avance-t-on, créant « la possibilité d’exporter de l’énergie propre du Nord vers le Sud, en plus de soutenir les transitions énergétiques en cours en Alberta et en Saskatchewan ».

Pas assez
Plusieurs programmes fédéraux existent déjà pourtant, avec l’objectif ou la capacité de stimuler la création d’énergie « verte », comme ARDEC, Investissements stratégiques dans le développement économique du Nord, le Fonds pour l’énergie dans l’Arctique.


« C’est clair qu’il y a des investissements qui sont faits, mais il en faut plus, selon Mouktar Abdillahi. [...] Plus de 65 % des collectivités du Nord dépendent uniquement du diésel. »


Si le manque d’investissements est plus criant au nord, le Sud n’est pas à l’abri, observe le gestionnaire de l’ACÉ, qui réaffirme l’importance de relier leurs réseaux; les 20 milliards de dollars investis annuellement par le secteur en infrastructures et en opérations, etc. seraient insuffisants, dans un contexte de vieillissement des infrastructures et d’impact des changements climatiques.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.