Publi-reportage : Un festival et ses bénévoles

Du 14 au 16 juillet, l’incontournable festival Folk On The Rocks envahira de nouveau Yellowknife pour le plus grand plaisir des Ténois. Un événement dont l’envergure et la popularité n’ont d’égal que l’effort investi par l’équipe qui l’organise.

Au cours des prochaines semaines, ils seront plusieurs centaines à prêter assistance pour veiller au bon déroulement du plus important événement culturel de l’année. Tous ces bénévoles seront affectés à des occupations aussi diversifiées les unes que les autres : vente des billets, transport, maintenance, stationnement, etc. Au total, l’ensemble des bénévoles formeront 17 groupes distincts qui seront chacun voués à l’accomplissement d’une tâche précise.
Près de 300 personnes ont manifesté leur intérêt jusqu’à maintenant à quelques semaines du lancement des festivités, rapporte Julaine Debogorski, gestionnaire des bénévoles. Tous les bénévoles n’ont pas encore été recrutés, notamment du côté de ceux assignés au Beer Garden. Cela dit, plusieurs décident de participer relativement tard, quelques jours à peine avant la tenue de l’événement, précise-t-elle.

Entraide communautaire
Comme chaque année, une grande partie de la communauté de Yellowknife met la main à la pâte pour faire de cet événement une réussite. Jeunes ou moins jeunes, débutants ou expérimentés, en solo ou entre amis, les bénévoles proviennent de tous les horizons et chacun d’eux procure une aide précieuse. Ainsi que le souligne Julaine, les bénévoles sont un élément vital de l’organisation; sans eux, un événement de cette envergure serait tout simplement inconcevable.

Bien que l’accès à un laissez-passer gratuit du festival soit un incitatif non négligeable, la majorité des bénévoles proposent leur aide parce qu’ils ont simplement envie d’être une partie prenante de ce festival. Ils sont conscients de l’importance d’un tel événement pour leur communauté et veulent en faire une réussite. « [La communauté de Yellowknife] est unique pour ça. Les gens ici s’entraident énormément », observe la gestionnaire des bénévoles.
Carole Monnet, bénévole, est du même avis : « Il y a un esprit de communauté très fort à Yellowknife. De plus, donner de son temps permet de rencontrer du monde et de se sentir utile », explique-t-elle.

La sécurité renforcée
Cette année, un safety squad veillant à la sécurité circulera sur le site, et ce, tout spécialement au Beer Garden, où l’alcool est autorisé. « La mission principale [de cette brigade] est de s’assurer qu’il n’y a pas d’harcèlement, d’agression et de problème de drogue », explique Carole Monnet, membre de cette nouvelle unité. Il s’agit essentiellement d’un travail préventif où les bénévoles seront appelés à désamorcer des situations potentiellement incommodantes, résume-t-elle. Ces derniers recevront même une formation pour fournir une assistance immédiate à toute personne souffrant d’overdose.

L’équipe de Folk On The Rocks a d’ailleurs travaillé de concert avec les associations LGBT et Queer pour développer leurs politiques de sécurité et d’espaces sécuritaires. Des affiches indiquant les comportements à proscrire seront disposées sur le site à cet effet.

Pour plus d’information ou pour intégrer l’équipe des bénévoles, visitez www.folkontherocks.com.

Publireportage -
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.