Petite enfance : Un chantier sur plusieurs fronts

23 novembre 2017
Le nouveau conseil d’administration de la garderie Plein Soleil et sa directrice générale.
Marie-Christine Bélair (présidente), Rachel Nadeau (trésorière), Rachelle Francoeur (directrice générale) Mathieu Gagnon (vice-président), Tatiana Leclerc-Beaulieu (administratrice) et Pascaline Gréau (secrétaire). Les administratrices et l'administrateur ont été élus pour un an, sans opposition. (Crédit photo : Denis Lord)

Le nouveau conseil d’administration de la garderie Plein Soleil et sa directrice générale. Marie-Christine Bélair (présidente), Rachel Nadeau (trésorière), Rachelle Francoeur (directrice générale) Mathieu Gagnon (vice-président), Tatiana Leclerc-Beaulieu (administratrice) et Pascaline Gréau (secrétaire). Les administratrices et l'administrateur ont été élus pour un an, sans opposition. (Crédit photo : Denis Lord)

La garderie pourrait passer de 38 à 44 places dès cet été.

Réaménagement des locaux et du site Internet, révision des politiques et procédures, élection, bien d’autres choses, l’ordre du jour était plein lors de l’assemblée générale annuelle de la Garderie Plein Soleil (GPS) le 21 novembre dernier.


La présidente Marie-Christine Bélair a déclaré d’entrée de jeu que le plus grand défi de la nouvelle année était la rénovation des locaux de Plein Soleil, ce qui permettrait de faire passer le nombre de places de 38 à 44 et de créer une seconde pouponnière pour les trois à quatre ans. « Nous visions 48 places, commente la directrice générale de GPS, Rachelle Francoeur, mais la construction du bâtiment ne permet pas d’agrandir. »


Le réaménagement des locaux permettra néanmoins d’accueillir six familles de plus, souligne Mme Francoeur, alors que la population francophone croît. Le gouvernement ténois doit demander à Patrimoine canadien une subvention avant la date butoir du 1er février 2018 afin que le travail soit accompli cet été.


Vers un plan stratégique
Au grand défi de la rénovation, Rachelle Francoeur ajoute un mandat qu’on pourrait qualifier de prioritaire, celui de doter l’organisme d’une nouvelle planification stratégique, la dernière étant échue depuis 2011. Mme Francoeur désire inculquer à Plein Soleil une vision professionnelle de la petite enfance, en faire un vecteur économique reconnu où les parents et le conseil d’administration ont davantage de force et où les enfants sont mieux accueillis. Dans cette optique, la direction a eu beaucoup de discussions pour lancer des partenariats et développer une meilleure gouvernance. Un atelier sur ce thème aura d’ailleurs lieu au printemps prochain à Yellowknife, et ouvert à l’ensemble des conseils d’administration francophones.


Simultanément à ces chantiers, les tâches sont nombreuses. Le 31 mars 2017 marquait la fin d’une seconde année déficitaire pour la GPS, le déficit se chiffrant cette fois à 35 000 $. Afin d’y remédier, les dépenses de bureau ont déjà été beaucoup réduites et un nouveau logiciel de comptabilité, plus simple, est progressivement mis en place. D’autres mesures sont à venir. Côté informatique encore, le système et le site Internet de la garderie seront prochainement revampés.


Beaucoup de travail a été fait dans le registre des politiques et procédures, et beaucoup reste à venir.


Nouveau CA
Dix-neuf personnes ont assisté à la rencontre, posant beaucoup de questions, félicitant aussi les éducatrices, le conseil d’administration et la directrice générale pour leur travail et leur dévouement. Le nouveau conseil d’administration est composé de Marie-Christine Bélair (présidente), Mathieu Gagnon (vice-président), Rachel Nadeau (trésorière), Tatiana Leclerc-Beaulieu (administratrice) et Pascaline Gréau (secrétaire). Ils ont été élus pour un an, sans opposition.
Deux postes bénévoles demeurent à combler, un dans le comité collation et l’autre dans celui de collecte de fonds.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.