Ingéniosité : Transformer le verre en verres pour être plus vert

(Crédit photo : Nicolas Pouliot)

(Crédit photo : Nicolas Pouliot)

Les bouteilles de vitre ont généralement une durée de vie courte : on les ouvre, on les vide et puis on les jette au recyclage. Mais lorsqu’elles sont de passage au Old Town GlassWorks, leur durée de vie augmente considérablement.

Old Town GlassWorks existe depuis 1994 et est devenu, au fil du temps, une véritable institution. L’entreprise se classe aujourd’hui parmi les attractions touristiques les plus en vue de Yellowknife, selon le site TripAdvisor. Ici, qu’il s’agisse de bouteilles de vin, de bière, de fort ou d’eau gazeuse, tout est réutilisable. Ce qui n’était jadis qu’une simple bouteille vide peut se métamorphoser en un verre à boire, en un distributeur de savon ou encore, en bijoux de toutes sortes.
L’histoire de l’atelier débute alors Mathew Grogono, son fondateur, voulait convaincre la mairie que le recyclage était réalisable et profitable à Yellowknife : « L’intention de départ était de démontrer que l’on pouvait retirer des matériaux du flux des déchets pour les réinsérer dans le cycle économique […] À cette époque, la Ville de Yellowknife utilisait une grande quantité de verre en styromousse lors de leurs rencontres. Alors je suis revenu chez moi et j’ai fabriqué une douzaine de verres à partir de bouteilles que j’ai ensuite redonnés au conseil municipal en guise de cadeaux de Noël […] Après 23 ans d’existence, j’ai maintenant un procédé qui est rentable et attirant », raconte-t-il.

Au fil des ans, l’entreprise a évolué, et Mathew croit que la Ville de Yellowknife a fait du chemin sur la question environnementale : « Nous étions une ville minière avec la mentalité d’une ville minière. Depuis que les mines d’or sont fermées, la mentalité de la communauté a changé et nous avons maintenant une administration municipale beaucoup plus soucieuse de l’environnement », explique-t-il. La communauté des maisons flottantes située en bordure d’Old Town et leur modèle de gestion écologique illustrent bien, selon lui, le renouveau environnemental de la ville.

Un changement de mentalité auquel il participe, puisque le Old Town GlassWorks est devenu avec le temps un véritable centre éducatif en matière d’environnement, et non pas seulement une entreprise de recyclage. « Nous recevons ici plusieurs groupes scolaires, des groupes de jeunes. Nous leur expliquons l’idée qu’il est possible de réutiliser une chose et de lui redonner une nouvelle utilité », explique-t-il.

Créer soi-même son propre verre
De passage au GlassWorks, les intéressés peuvent confectionner leurs propres verres recyclés dans l’atelier situé à l’arrière de la boutique, local qui appartenait jadis à la Compagnie de la Baie d’Hudson. L’exercice est simple, amusant et gratifiant.

1. On choisit tout d’abord un verre préalablement « sculpté » à partir d’une bouteille parmi les vastes choix offerts : petit verre, gros verre ou encore verre à vin sont autant de choix possibles.

2. Une fois le verre choisi, on lui applique un pochoir en caoutchouc qui servira à reproduire sur le verre le motif souhaité.

3. À l’aide d’un puissant jet de sable, on grave ensuite sur le verre le motif du pochoir choisi. Grâce au pochoir, le jet de sable grave seulement les parties du verre qui sont exposées.

4. On enlève ensuite le pochoir et le tour est joué ! Résultat : un verre recyclé, joli et confectionné par soi-même.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.