Organisme communautaire : Souffle nouveau au CDÉTNO

L'équipe du CDÉTNO avec son nouveau et son ancien directeur général : Valérie Gosselin, François Afane, Antoine Gagnon, Sonia Idir et Mélisande Alric. Absents sur la photo, Anik Théberge et Diego Toledo. (Crédit photo : Denis Lord)

L'équipe du CDÉTNO avec son nouveau et son ancien directeur général : Valérie Gosselin, François Afane, Antoine Gagnon, Sonia Idir et Mélisande Alric. Absents sur la photo, Anik Théberge et Diego Toledo. (Crédit photo : Denis Lord)

François Afane est le nouveau directeur du Conseil de développement économique des Territoires du Nord-Ouest.

 

Avec son expérience dans l’immigration, la francophonie et le monde des affaires, la nomination de François Afane à la direction du Conseil de développement économique des Territoires du Nord-Ouest (CDÉTNO) coule de source.


L’homme travaillait jusqu’à tout récemment au Conseil économique et coopératif de la Saskatchewan (CÉCS) et n’était pas un inconnu du directeur général sortant du CDÉTNO, Antoine Gagnon. « Il travaillait en Saskatchewan, explique ce dernier, dans un organisme avec lequel j’ai beaucoup d’affinités. Il a travaillé en immigration. C’est un créneau important ici, que tout le monde ne connaît pas. Ça prend du bagage pour naviguer là-dedans. »


M. Gagnon rappelle qu’à l’été 2017 le gouvernement ténois a publié la première Stratégie sur l’immigration de son histoire, dont deux objectifs interpellent particulièrement le CDÉTNO, le programme des candidats et le recrutement de la main-d’œuvre.


Au sein du CÉCS, membre du Réseau de développement économique et d’employabilité tout comme le CDÉTNO, François Afane a notamment été responsable du programme Connecteur. « C’est, de dire M. Afane, un programme pan-national qui vient de Nouvelle-Écosse, et dont le but est de faire du réseautage avec, d’une part, de nouveaux arrivants professionnels ou des étudiants qui ont été dans une université canadienne et d’autre part, des professionnels locaux dans leurs champs de compétence. C’est un outil d’intégration pour aller chercher de l’économie cachée, des postes qui ne sont pas affichés, mais qui existent. »

Remous en Saskatchewan
L’expérience de François Afane dans le domaine privé a aussi retenu l’attention d’Antoine Gagnon et de son conseil d’administration. Il a créé et géré deux entreprises, une succursale d’ExxonMobil au Cameroun et un service de soins à domicile pour les personnes âgées en Californie.


En plus des deux langues officielles canadiennes, M. Afane parle six langues africaines.


En 2017, M. Afane a été brièvement représentant de Saskatoon au sein de l’Assemblée communautaire fransaskoise, jusqu’à ce que le résultat des élections soit renversé par une Commission indépendante. La cause a été portée devant la Cour du Banc de la Reine le 13 avril dernier et, techniquement, le président de l’Assemblée, Denis Simard, et François Afane pourraient retrouver leur siège. Si c’est le cas, « ils trouveront sur place un moyen de me remplacer », déclare François Afane, ajoutant en « avoir fini avec la politique ». Le recours au tribunal n’est pas, dit-il, une question d’individu à un poste, mais de principes démocratiques.

Café-emploi
Alors que l’exercice financier vient de se terminer, le nouveau directeur général du CDÉTNO se lance dans ses nouveaux dossiers. Dans un premier temps, c’est le 5 à 7 du Café emploi, qui aura lieu le 2 mai à l’édifice Greenstone. Cet événement de réseautage est toujours un succès, selon le CDÉTNO; ces dernières années, il rassemblait en moyenne une vingtaine d’employeurs et près de 200 chercheurs d’emplois.


Du 27 mai au 2 juin, dans le cadre de la Semaine nationale du tourisme, l’organisme et son nouveau dirigeant s’affaireront à la promotion du Corridor patrimoine culture et tourisme francophone. Un site Web et une demande en développement donnent déjà des informations sur des lieux et activités liés à la francophonie, dont les TNO où les coordonnées de sept opérateurs touristiques ténois parlant français s’y retrouvent.


« Sur le moyen terme, ajoute François Afane, j’attends de voir les nouvelles lignes directrices du Plan d’action sur les langues officielles, de bailleurs de fonds comme Emploi et Développement social Canada et l’Agence canadienne de développement économique du Nord, pour soumettre des projets. »


M. Afane entend honorer les ententes du CDÉTNO avec les organismes francophones, dont la FFT, dont il attend la nomination du nouveau directeur.

Mouvements
Le personnel du CDÉTNO a considérablement changé depuis quelques mois. Diego Toledo et Mélisandre Alric se sont joints récemment au CDÉTNO, respectivement en tant qu’agent de développement économique et coordonnatrice à l’administration et au tourisme. M. Toledo a été professeur de marketing dans une université et consultant pour des start-ups au Chili de ce pays. Diplômée d’une maîtrise en administration de l’Université Laval à Québec, Mélisande Alric a développé et géré des projets pendant plus de trois ans avec les Premières Nations au Québec. Issue de l’Université du Québec à Montréal, Valérie Gosselin est devenue, il y a peu, agente en recrutement, immigration et employabilité.
Quant à Sonia Idir, qui détient une maîtrise en ingénierie de la culture et de la communication, elle s’occupe depuis près d’un an des communications et du marketing de l’organisme.

 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.