Sur les planches : Soudain, un homme frappe à la porte

André Noureau et Yves Lécuyer. (Crédit photo : Denis Lord)

André Noureau et Yves Lécuyer. (Crédit photo : Denis Lord)

Jason, un Métis, est retourné vivre dans la réserve. Soudain, un Américain frappe à sa porte. Les deux hommes seront bouleversés par cette rencontre et les spectateurs ressortiront de la pièce avec cette question : est-ce que j’aurais passé le test?


C’est ce qu’assure André Noureau, qui a eu l’idée de traduire, adapter et jouer le In a world created by a drunked god (2006), du dramaturge ojibwé de l’Ontario Drew Hayden Taylor. Il s’agit d’un drame psychologique teinté d’humour, qui aborde les relations entre Blancs et Autochtones et pose des questions d’ordre moral, résume André Nouveau, qui se refuse à en révéler davantage sur l’intrigue.


La version française, Dans un monde créé par un cabotin, sera présentée au Centre du patrimoine septentrional Prince-de-Galles le samedi 12 mai à 19 h 30, avec André Noureau et Yves Lécuyer à la distribution, Ben Nind et Natalie Labossière à la direction, une première qui sera suivie d’une tournée dans les Territoires à l’automne.

Cultures autochtones
André Noureau, traducteur au gouvernement ténois, s’intéresse depuis très longtemps aux cultures autochtones d’Amérique du Nord, dont il a partagé des contes à Radio Taïga dans son émission Le vieux loup solitaire. Il avait déjà lu quelques-uns des livres de Drew Hayden Taylor lorsqu’il l’a rencontré au festival littéraire Northwords en 2015.

L’auteur publie depuis 25 ans des pièces, des romans et des essais qui lui ont valu une renommée par-delà les frontières canadiennes. Cependant, un seul de ses livres (C’est fou comme t’as pas l’air d’en être un !) semble avoir été traduit. André Noureau a donc acheté pour cinq ans les droits de traduction, de mise en marché et de production dans une salle de théâtre de la version française de In a world created by... « Il y en a qui se paient des vacances, s’amuse le traducteur, moi je me suis payé une traduction. »


Phénomène assez inusité, André Noureau et Yves Lécuyer, son collègue au quotidien, ont chacun traduit les répliques de leur personnage.

Tournée
Auteur-compositeur et interprète, Yves Lécuyer s’est aussi illustré dans la Ligue d’improvisation théâtrale des Territoires du Nord-Ouest. Quant à André Noureau, il fait du théâtre amateur depuis 37 ans. On a pu le voir à Yellowknife il y a trois ans dans 12 Angry Jurors, pièce montée par le Lunch Pail Theatre, et, plus récemment dans le Spamalot du Ptarmigan Ptheatrics. Bien connus de la scène théâtrale de la capitale, Ben Nind et Natalie Labossière se sont joints au projet en cours de route pour assister la production, notamment la direction des comédiens.


Il n’y aura qu’une seule représentation à Yellowknife de la pièce d’environ 90 minutes; cependant, André Noureau a reçu une bourse du Conseil des Arts des TNO pour produire la pièce cet automne à Inuvik, Hay River et Fort Smith.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.