Cabaret Taïga : Se mettre à nu sur les ondes

l’humoriste et chanteuse émergente, Catherine Barlow, lors de la prestation pilote de la série Cabaret Taïga, le 15 mars. (Crédit photo : Maxence Jaillet)

l’humoriste et chanteuse émergente, Catherine Barlow, lors de la prestation pilote de la série Cabaret Taïga, le 15 mars. (Crédit photo : Maxence Jaillet)

En 2017, Radio Taïga présente Cabaret Taïga : une série d’émissions d’une heure enregistrées devant public et radiodiffusées pour promouvoir les talents locaux. Une occasion de briser la glace, pour les artistes émergents.

Après avoir aperçu l’appel aux artistes du Cabaret Taïga sur Facebook, une passionnée de chant, Mariia Souchko, se rend à la séance d’information publique où on lui présente le concept.

Essentiellement, on lui offre de chanter, en direct, sur les ondes et d’être rémunérée pour le faire. Poète, conteur, humoriste et musicien côtoient aussi la scène du cabaret.

« Le format est plutôt libre, expressif, donc on peut vraiment faire ce qu’on a envie de faire », explique-t-elle.

Catherine Barlow, humoriste et chanteuse émergente, est du même avis : « Quand on m’a invitée à faire l’émission pilote de Radio Taïga, j’ai tout de suite pensé Oh enfin, une occasion de me jeter dans le vide et de prendre un risque artistique

Un volet formation est offert aux artistes qui auront l’occasion de performer devant public, afin qu’ils soient dotés d’outils pour la création.

Séduite par l’idée, Mariia Souchko se lance. Elle rencontre la directrice artistique, Kara Cherland, pour entamer la préparation de son numéro.

« Kara nous laisse vraiment exprimer notre talent... Il n’y a aucun cadre, le seul cadre, c’est de démontrer notre talent. Et d’essayer de créer quelque chose de très positif et d’artistique, raconte Mme Souchko. Elle va essayer de m’aider à trouver des chansons qui peuvent correspondre à ma voix, à ma personnalité. »

Aux termes de trois rencontres, les artistes seront diffusés en direct sur les ondes de Radio Taïga, devant public.

« La présence du public aide beaucoup à rendre notre prestation vivante et l’ajuster au fur et à mesure », a commenté Mme Barlow, qui encourage tous les artistes des Territoires du Nord-Ouest à participer au Cabaret. « C’est valorisant et très énergisant. »

Aux personnes qui aimeraient participer au Cabaret Taïga, Mme Souchko déclare sans hésitation : « Foncez, un cadre où on te laisse t’exprimer, on ne te juge pas, où il n’y a pas de compétition puisqu’on est tous au même niveau, on a tous quelque chose à apporter, c’est le cadre idéal pour faire fleurir ton talent. Une occasion comme ça c’est rare que ça se présente. »

Elle ajoute, en conclusion d’entrevue : « Pour quelqu’un qui arrive à Yellowknife - je suis arrivée il y a huit mois - c’est une super occasion de connaitre d’autres personnes, qui ont des mêmes intérêts, qui ont les mêmes racines culturelles, de langue française, et qui sont passionnés par quelque chose que tu aimes toi aussi. »
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.