Vie communautaire : Salut André

Repose en paix - André Boulanger

Repose en paix - André Boulanger

Il a été membre du conseil d’administration de l’AFCY de 2009 à 2013


André Boulanger, un membre de la communauté francophone des Territoires du Nord-Ouest, est décédé à Yellowknife le 13 mars vers 16 h 30.


Il est entré d’urgence le samedi précédent à l’hôpital Stanton, explique son fils Eugène, se plaignant de douleurs au ventre. Il avait des caillots de sang et le docteur a déclaré qu’André Boulanger, un technicien en environnement à la mine De Beers de Snap Lake, était au stade terminal.


André Boulanger est arrivé aux Territoires du Nord-Ouest en 1979, selon les archives de L’Aquilon. L’ancien directeur des Éditions franco-ténoises, Alain Bessette, l’a connu à Tulita vers 1992. Nous étions trois francophones, se rappelle M. Bessette, un prêtre, un garde forestier et moi. « Quelqu’un m’a dit que j’avais un nouveau voisin francophone, poursuit, M. Bessette. Je suis allé cogner à sa porte pour me présenter et André était en train d’écouter Passe-Partout! On ne captait que deux postes à Tulita, CBC et APTN, qui avait quelques émissions en français, dont Passe-Partout. »

Implication

Après Tulita, André Boulanger s’installe à Fort Smith, où il s’implique à l’association francophone locale, notamment dans les activités de la cabane à sucre, et étudie en gestion des ressources. En 2000, il est chauffeur pour la tournée du groupe Grand Dérangement lors de sa tournée à Fort Smith.
En 2009, il est élu au conseil d’administration de l’Association franco-culturelle de Yellowknife (AFCY), où il demeure jusqu’en 2013. Il se présentera sans succès à la vice-présidence de la FFT en 2010 et à sa présidence en 2017.
Les fils d’André Boulanger, Eugène et Félix, étaient à son chevet lors de son décès. « Il a vécu majestueusement, à sa propre façon et vivra à jamais dans nos coeurs, a écrit Eugène sur sa page Facebook. Il était un homme solide, un ours, jusqu’à la fin. »
Félix demeure à Yellowknife, et Eugène, artiste basé à Vancouver et membre fondateur de l’organisme Dene Nahjo. « En 2015, se souvient Eugène, il nous avait amenés au Québec faire une surprise à sa mère pour son 80e anniversaire. Nous avions visité Québec, Montréal, Drummondville et La Pocatière. »


Un homme direct

André Boulanger laisse le souvenir d’une personnalité abrasive, mais franche. « Il était franc direct et cru », se rappelle la directrice de l’AFCY Pascaline Gréau. Belkacem Taieb, qui a construit avec M. Boulanger la terrasse de la maison Laurent-Leroux et érigé avec lui le Carrefour culturel, se souvient d’un homme « indépendant, sans détour ni compromis, qui savait dire ce qu’il pensait ». Anecdote : « Un jour, raconte Belkacem, je travaillais à l’AFCY, il entre et jette un paquet de poisson séché sur mon bureau en me disant “tu mangeras ça”. Quand j’ai raconté ça à Daniel Lamoureux [ex directeur de la FFT] il m’a dit : il t’a adopté. » Près de 20 ans plus tard, André aidera Belkacem Taieb à se trouver un logement à son retour à Yellowknife.
« Des événements en français, c’était important pour André, de dire Alain Bessette. Il était abrupt, mais ce n’était pas quelqu’un de radical. »
La famille recevra les sympathies au McKenna Funeral Home le vendredi 16 mars de 16h30 à 18h30. Le service aura lieu à l’église St.Patricks à 11h le samedi 17 mars. Il sera suivi d’une célébration à l'édifice Tree of Peace.
L’Aquilon offre ses sympathies à sa famille et à ses proches.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Suivez-nous
Changer de ville
Sondage

Aucun sondage sur le site présentement!

Voir tous les résultats des sondages