2016 : Rétrospective écolière

22 décembre 2016
9 décembre - La commission scolaire vise le million

Le 5 décembre, la Commission scolaire francophone des Territoires du Nord-Ouest (CSFTNO), a présenté une demande de financement pour le projet de la construction du gymnase de l’école Allain St-Cyr au conseil de ville de Yellowknife, lequel travaille actuellement à l’élaboration du budget 2017. La demande de financement à la Ville de Yellowknife s’élève à 500 000 $, pour compléter la demande que le ministère de l’Éducation — propriétaire du bâtiment — effectue actuellement auprès de Patrimoine canadien du montant de 500 000 $ également. 
L’objectif : une superficie de gymnase d’environ 548 m2.

9 décembre - La commission scolaire vise le million Le 5 décembre, la Commission scolaire francophone des Territoires du Nord-Ouest (CSFTNO), a présenté une demande de financement pour le projet de la construction du gymnase de l’école Allain St-Cyr au conseil de ville de Yellowknife, lequel travaille actuellement à l’élaboration du budget 2017. La demande de financement à la Ville de Yellowknife s’élève à 500 000 $, pour compléter la demande que le ministère de l’Éducation — propriétaire du bâtiment — effectue actuellement auprès de Patrimoine canadien du montant de 500 000 $ également. L’objectif : une superficie de gymnase d’environ 548 m2.

22 janvier - Immersion : 1979-2014
Trente-cinq ans d’immersion française à Yellowknife. C’est le gymnase de l’école William McDonald décoré pour l’occasion qui accueillait enseignants, élèves et parents des trois écoles où se retrouvent les classes d’immersion de la prématernelle à la 12e année : J.H. Sissons, William McDonald, Sir John Franklin. Durant son allocution, Mister French, le surnom du directeur des programmes en français de la commission, a souligné le fait que c’est un certain Allain St-Cyr qui travaillait au ministère de l’Éducation qui a établi la première classe du programme : la classe de 4e année à l’école J.H. Sissons. « Cet anniversaire est l’occasion de célébrer ce formidable succès qu’est notre programme d’immersion. Chaque jour est un formidable succès », a formulé Jean-Marie Mariez.

29 janvier - Le préscolaire, partout en français 
Le 3 février 2016, la Commission scolaire francophone des TNO tient une soirée d’information et d’inscription pour son nouveau programme de prématernelle quatre ans à l’école Allain St-Cyr. Il s’agit d’un service que la commission offrira dès la rentrée 2016, alors que les deux autres commissions scolaires de Yellowknife exploitent cette pouponnière à nouveaux élèves depuis plusieurs années déjà. La Commission scolaire catholique (YCS) offre ce programme depuis six ans à l’école St.Joseph. Ce programme d’immersion ciblant la littéracie permet de commencer un travail sur les habitudes et les connaissances qui aideront les élèves au cours de leurs années scolaires. À la Commission scolaire YK1 (YK1), le programme d’immersion préscolaire quatre ans est en place depuis la rentrée 2008, à l’école J.H. Sissons. À la demande de la communauté, la CSFTNO offre déjà un programme semblable à Hay River depuis plusieurs années, alors que des jeunes de trois ans et quatre ans passent quelques matinées par semaine à l’école Boréale.

19 février - École Boréale : Don’t kill the french school
C’est le cri du cœur des parents de l’école Boréale adressé au nouveau ministre de l’Éducation, Alfred Moses. Le Comité d’action des parents (CAP) de l’école Boréale vient d’entreprendre une campagne de communication en anglais à l’intention du ministre de l’Éducation des TNO, Alfred Moses. D’après la porte-parole du CAP, Shelley Maher, ce sont une cinquantaine de lettres qui ont été adressées au nouveau ministre. Elles proviendraient des parents de l’école francophone, mais également de membres de la communauté de Hay River, la seconde ville en importance aux TNO. Ces correspondances soulignent l’importance de cet établissement au sein de cette ville de 3 725 personnes. L’importance également de continuer à offrir une éducation en français à ses résidents. Car, sans être défaitiste, ce comité de parents comprend bien que si la directive ministérielle instaurée en 2008 est maintenue, l’école Boréale fermera ses portes d’ici cinq ans.

11 mars - Vers une directive assouplie?
Avant la fin de l’année scolaire 2015-2016, le ministère de l’Éducation, de la Culture et de la Formation révisera sa directive ministérielle imposée en 2008 sur l’inscription des élèves à des programmes d’enseignement en français langue première.
Plus de deux semaines après que le ministre de l’Éducation Alfred Moses a déclaré à l’Assemblée législative que son ministère « considère l’école Boréale comme une école francophone viable à long terme », le ministère de l’Éducation, de la Culture et de la Formation annonce officiellement la révision de la directive ministérielle limitant les inscriptions dans les écoles francophones des TNO. Pour la Commission scolaire francophone des TNO (CSFTNO), qui attendait cette annonce officielle, « l’examen de la directive ministérielle est un pas dans la bonne direction », comme le dit Simon Cloutier le président de la Commission.
 
25 mars - Six Saint-Cyriens aux Jeux d’hiver de l’Arctique
Aucun des athlètes de l’école francophone n’a récolté de médaille lors des Jeux d’hiver de l’Arctique (JHA). Alors que quatre d’entre eux se sont confiés à L’Aquilon, ils ont reconnu que c’était une compétition éprouvante, que la pizza était bonne et qu’ils s’entrainent déjà pour les jeux qui auront lieu à Hay River et Fort Smith dans deux ans. Tyson Green et Sylvain Rourke, ont tous deux participé aux épreuves individuelles de ski de fond, et ont apprécié l’expérience. Emmanuel Sumagaysay, Mazen Daher ont joué avec Cole Clinton dans l’équipe de Futsal mineur des TNO. Pour ce premier tournoi de Futsal aux JHA, l’équipe ténoise a perdu la petite finale face au Yukon. Nadia Wood a joué pour l’équipe intermédiaire des filles au Futsal qui ont perdu la médaille de bronze contre le Groenland. Les quatre élèves francophones disent avoir profité du moment et n’ont pas vraiment pensé à leur famille durant leur séjour sportif, sauf lorsqu’ils ont acheté des souvenirs.
 
3 juin - Nouveaux cours de français à distance
Si vous ne pouvez pas venir au Collège nordique francophone, il se peut que maintenant, il puisse se rendre à vous. Le Collège nordique francophone offre aux Ténois, depuis avril dernier, des cours de français à distance. Ainsi, francophones et francophiles peuvent poursuivre l’étude du français dans les collectivités de Fort Smith, Hay River et Inuvik.

3 juin - Consultations sur l’admission aux écoles Allain St-Cyr et Boréale
Une consultation en français facilitée par la compagnie Tait Communications a eu lieu à l’école Allain St-Cyr le lundi 30 mai 2016, entre 6:30 et 9:30. La consultation, modérée par Roxanne Poulin, avait comme objectif d’obtenir l’opinion et la rétroaction de la communauté francophone, et plus particulièrement les parents francophones, au sujet de la directive gouvernementale du gouvernement des Territoires du Nord-Ouest de 2008. La directive imposait une restriction des admissions aux écoles francophones des élèves qui ne rencontrait pas les exigences légales stipulées par l’article 23 de la Charte des droits et libertés. La consultation fut énergique et la discussion au rendez-vous. Une vingtaine de parents et d’intéressés se sont déplacés pour l’occasion.

8 juillet - CSFTNO-GTNO : Un gymnase pour la rentrée 2018
Le 30 juin, la Commission scolaire francophone des TNO (CSFTNO) a communiqué à ses parents d’élèves, ses employés et aux organismes franco-ténois, les derniers développements concernant la construction d’un gymnase pour l’école francophone de Yellowknife. Suite à une rencontre avec Alfred Moses, ministre de l’Éducation, de la Culture et de la Formation, la CSFTNO a divulgué que le projet de construire un gymnase, deux petites salles de classe pour les élèves à besoins spéciaux, avec en plus deux salles de classe a été approuvé par le Conseil de gestion financière du gouvernement territorial. Pour aller de l’avant, ce projet doit toutefois être entériné par l’Assemblée législative en octobre prochain. Le 15 juin dernier, répondant aux questions du député O’Reilly, le ministre Moses a révélé sur le parterre de l’Assemblée que le gouvernement espérait voir les élèves de l’école Allain St-Cyr profiter d’un gymnase à la rentrée 2018. Le ministre de l’Éducation a également avancé que la première pelletée de terre était anticipée à l’été 2017.

5 août - APADY : Rencontres déterminantes
Une rencontre entre la Commission scolaire francophone des TNO (CSFTNO), le ministère de l’Éducation, de la Culture et de la Formation (MECF) et l’Association des parents ayants droit de Yellowknife (APADY) s’est tenue le 15 juillet afin d’exposer le croquis de l’éventuel gymnase de l’école francophone Allain St-Cyr. À la suite de cette réunion, l’APADY a rencontré la communauté francophone pour réviser le croquis et identifier ses besoins éducatifs et communautaires ainsi que ceux du personnel enseignant et de la direction. Puis le 22 juillet, la CSFTNO et l’APADY se sont entretenus avec Patrimoine canadien pour sonder leur intérêt à participer à cet agrandissement. « Il est donc très important, maintenant, de présenter les besoins en infrastructure de la communauté francophone aussi rapidement que possible aux cadres du ministère de l’Éducation afin qu’ils puissent ajouter ces éléments à la proposition actuelle et à la demande qu’il prépare pour Patrimoine canadien. Nous avons la responsabilité d’identifier les besoins de la communauté francophone et de les présenter au MECF pour assurer la meilleure proposition possible », commente Jacques Lamarche.
 
12 août - La demande à Patrimoine canadien présentée au GTNO

Yvonne Careen, directrice générale de la CSFTNO, et Océane Coulaudoux, secrétaire du conseil de l’administration de l’APADY, ont fourni au MECF le document produit à l’attention de Patrimoine canadien, qui fait état des besoins de la communauté francophone en termes d’infrastructures qui pourraient s’ajouter au gymnase, dont la construction est prévue pour l’automne 2018. Madame Careen et madame Coulaudoux ont informé le GTNO qu’en élaborant cette demande en collaboration, les organismes francophones et le gouvernement pourraient arriver à un projet qui répondra aux besoins de la communauté sans que cela n’impacte exclusivement le budget territorial.
 
19 août - Garderie plein soleil : Du (re)nouveau à la garderie
C’est le début d’une ère nouvelle pour la Garderie plein soleil, avec l’entrée en fonction de Rachelle Francoeur au poste de directrice. Il y avait un air de déjà vu dans le bureau de direction de la Garderie plein soleil (GPS) en ce début août 2016. Car si l’employée est nouvelle, Rachelle Francoeur a déjà foulé le sol de la garderie en 2009 comme éducatrice. À Yellowknife, elle s’est beaucoup impliquée dans la vie culturelle et a coordonné deux ans durant, les programmes de Jeunesse TNO au sein de la Fédération Franco-Ténoise.  

2 septembre - Droits d’admission : « Des miettes » aux écoles francophones
Certains parents des Territoires du Nord-Ouest attendent depuis belle lurette, le renouvellement de la directive ministérielle qui permettrait à leurs enfants de fréquenter une école francophone. Beaucoup de déceptions dans la francophonie, suite à sa publication officielle au cours du mois d’août. Non seulement aux Territoires, mais à travers le pays, on critique la nouvelle directive. « Un petit pas vers l’avant, mais en même temps, un gros pas de reculons ». C’est la manière dont le président de la Commission scolaire francophone des Territoires du Nord-Ouest (CSFTNO), Simon Cloutier, a formulé sa déception. La gestion des admissions, toujours sous la gouvernance du ministère ténois, ainsi que la mise en place d’une limite relative à un taux d’inscription de 85 % soulèvent de nombreuses questions au sein de la communauté francophone. La nouveauté sous cette nouvelle directive ministérielle de 2016 : les parents non-ayants droit admissibles. Restitués, francophones non citoyens et nouveaux arrivants sont compris dans cette nouvelle catégorie. « Nous ne bénéficierons pas de la nouvelle directive. Le gouvernement démontre une ouverture, mais pas assez pour faire une réelle différence » affirme Shelley Maher, à la suite d’une rencontre d’information lors de laquelle Yvonne Careen, directrice de la Commission scolaire francophone des TNO (CSFTNO), était présente. « L’école Boréale aura toujours des classes dans lesquelles on aura 3 niveaux d’études différents cette année », explique Shelley Maher, sur un ton désolé. À son avis, la Directive 2016 est basée sur la peur. Elle croit que le ministère de l’Éducation, de la Culture et de la Formation (MÉCF) craint, entre autres, un trop fort enthousiasme de la part de la communauté générale envers l’école Boréale.

30 septembre - Les ministres actualisent leur programme d’éducation commun
Les ministres de l’Éducation de l’Alberta, du Nunavut et des Territoires du Nord-Ouest, David Eggen, Paul Quassa et Alfred Moses se sont réunis pour la toute première fois le 26 septembre. « Ce sera la première fois que le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest participera à la mise à jour du programme d’enseignement de l’Alberta, utilisé dans ses écoles depuis de nombreuses années. »

21 octobre - #Directive2016 : Le ministre Moses refuse
La galerie de l’Assemblée législative des TNO était bondée le mercredi 19 octobre. L’audience a entendu le ministre de l’Éducation s’opposer à rouvrir le dossier de la directive ministérielle.  Les dirigeants des conseils scolaires francophones d’un peu partout au Canada, les élèves de l’école Allain St-Cyr, les membres de l’Association des parents ayants droit de Yellowknife et de la Fédération franco-ténoise sont venus écouter attentivement les réponses du ministre de l’Éducation aux questions des députés de Kam Lake et de Frame Lake.
 
28 octobre - Stratégie YZF
Les Territoires du Nord-Ouest ont été désignés comme un emplacement stratégique pour le congrès de la FNCSF, compte tenu des enjeux actuels qu’y vit la francophonie.  Roger Paul, directeur général de la Fédération nationale des conseils scolaires francophones espère de « grandes retombées » à la suite de la tenue du congrès à Yellowknife. Toutefois, « seul l’avenir nous le dira », exprime-t-il en entrevue téléphonique, de retour à Ottawa. « Je pense que les gens ne réalisent pas qu’on a une minorité francophone à travers le pays, avec plus de 650 établissements scolaires et plus de 160 000 élèves. Ça échappe à plusieurs. S’il y en a qui prétendent qu’on est en train de s’assimiler partout à travers le pays : on est bel et bien là, forts, non seulement depuis 150 ans, mais encore plus forts aujourd’hui qu’on ne l’était hier », proclame le directeur, satisfait d’avoir transmis ce message lors du congrès.

16 décembre - Le gymnase passe ... sous silence
Alors que la directrice de la CSFTNO était optimiste quant à sa demande de financement présentée à la Ville de Yellowknife le 5 décembre, le gymnase de l’école Allain St-Cyr n’a pas fait partie des discussions du Conseil municipal pour l’adoption du budget 2017.  Le budget 2017 de la Ville de Yellowknife a été adopté à l’hôtel de ville le 12 décembre dernier. Le point présenté par Yvonne Careen pour le financement de l’agrandissement de l’École Allain St-Cyr est passé sous silence durant les débats de la semaine dernière, a avoué le maire Mark Heyck. « Je pense que c’est arrivé très vite », a indiqué Linda Bussey, conseillère municipale, en expliquant que les priorités présentées dans le budget étaient des éléments sur lesquels ils travaillaient depuis longtemps. À la suite de l’adoption du budget, la conseillère a laissé entendre que le projet serait réévalué pour le budget 2018. Le maire a toutefois tenu un discours moins optimiste : « Du point de vue de la Ville, nous avons des projets immenses à venir. On a 30 à 40 millions de dollars qui iront pour la piscine [...]. On envisage aussi de remplacer la conduite sous-marine pour l’eau potable qui arrive de la rivière Yellowknife. C’est un projet de 20 millions de dollars [...]. On ne devrait pas compter sur le fait que la Ville sera un contributeur parce que, comme je l’ai mentionné, de la perspective du conseil municipal, nous avons plusieurs priorités importantes qui s’en viennent et parfois, on ne peut juste pas accommoder toutes les demandes ».
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Changer de ville
Sondage
L'Aquilone, 5 publications au féminin! Comment avez-vous réagi au changement de nom de L'Aquilon durant le mois de mars?

Voir tous les résultats des sondages