Centre du patrimoine septentrional Prince-de-Galles : Ramener les langues locales

24 novembre 2016
« J'habite à Yellowknife » en Wiiliideh

« J'habite à Yellowknife » en Wiiliideh

Fred Sangris, ancien chef de la Première Nation des Dénés Yellowknives, a dévoilé l’histoire de cette dernière pour ensuite inviter les participants à un cours de wiìliìdeh, avec Alessandro M. Jaker, du Alaska Native Language Center. Il a présenté ce dialecte de la langue tlicho parlé à Yellowknife et dans ses environs.

À la fin de la présentation, Randy Freeman, nouveau retraité, mais tout de même contractuel avec la Première Nation des Dénés Yellowknives, a évoqué l’importance de retourner aux noms traditionnels des lieux aux Territoires du Nord-Ouest, projet auquel il croit depuis une trentaine d’années.

Le souhait est de remplacer les noms colonialistes que les explorateurs et les géologues ont apportés, selon Freeman. « Yellowknife River, c’est Franklin qui l’a appelée ainsi... », a-t-il expliqué à la suite de l’activité. Il estime qu’il n’y a pas moins de 400 noms à corriger et à remplacer sur les cartes. Lacs, ruisseaux, îles, rivières, etc. feront partie du projet.
« C’est beaucoup de travail et c’est le même genre de processus par lequel certaines collectivités sont passées, par exemple, le nom Lutsel K’e avait été remplacé par Snowdrift et est revenu au nom d’origine [en 1992] », a-t-il affirmé.

« Maintenant, je rassemble les informations de différentes sources pour avoir les noms traditionnels exacts. Alessandro écoutera la prononciation des ainés pour pouvoir la reproduire et s’assurera de l’orthographe. Tous ces renseignements seront intégrés dans le document qui sera présenté au gouvernement », conclut Randy Freeman. On envisage également de mettre en ligne une carte interactive, qui inclurait la prononciation des mots, afin de soutenir la transition auprès du public.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.