Route de glace : Prudence sur les lacs

La route de glace reliant Yellowknife et Dettah sur la baie de Yellowknife en 2007. (Archives L'Aquilon)

La route de glace reliant Yellowknife et Dettah sur la baie de Yellowknife en 2007. (Archives L'Aquilon)

Malgré la fermeture des routes de glace, des téméraires continuent à s’y aventurer. Inquiet, le chef Edward Sangris communique avec le gouvernement territorial, qui, une fois alerté, réitère les dangers que comporte un déplacement sur ces routes éphémères.
 

Le chef de Dettah, Edward Sangris, déplore que des personnes non autochtones de la région de Yellowknife utilisent encore la route de glace pour se rendre à Dettah, malgré le fait qu’elle soit fermée depuis le 7 avril. Il révèle que ceux-ci se stationnent en face de la collectivité, sur la glace, pour ensuite baguenauder en motoneige ou en ski.

« C’est vraiment dangereux. Ce n’est plus sécuritaire et les gens prennent des risques. Ils jouent avec leur vie, ça ne devrait pas se produire », ajoute le chef.

Au ministère de l'Infrastructure, le coordonnateur des services en français, Stéphane Gagné, explique que la fermeture des routes de glace est une question de sécurité. « Si elle a été fermée, c’est parce qu’on considère qu’elle n’est pas assez solide pour résister à la pression d’un camion ou d’une voiture. » Cela s’applique à tous les types de véhicule, dont les motoneiges.

Écrit dans la loi
« Une fois que la route de glace est fermée, la loi dit que tu ne peux plus y accéder », déclare le chef de Dettah. En effet, les conducteurs qui décident de s’aventurer sont passibles d’une amende pouvant aller jusqu’à 863 $. « Le but, ce n’est pas nécessairement de donner l’amende, c’est vraiment d’avertir les gens de ne pas faire ça parce que c’est dangereux, c’est plus une question d’éducation en tant que telle », explique le coordonnateur des services en français, M. Gagné.

À ce jour, le GTNO ne compte pas encore d’incident, mais stipule que depuis trois ans, dix contraventions ont été données pour avoir emprunté une route de glace fermée. Stéphane Gagné insiste : « ça ne veut pas dire que ça n’arrivera pas. Plus la saison avance, plus ça peut devenir dangereux de tenter sa chance. Malgré le temps froid qu’on a, la glace s’amincit quand même. »

Accès non autorisé
À Yellowknife, l’entrée de la route de glace à l’intersection de l’avenue School Draw a été jugée impraticable par les autorités, mais une autre entrée, non approuvée, a été utilisée au bout de la promenade Robertson, sur l’ancien site de la mine Con, pour rejoindre la route de glace de Dettah.

M. Gagné affirme ne pas être au courant que des conducteurs empruntaient cet accès à la route de glace et explique que la question relèverait de l'autorité de la Ville de Yellowknife, cette portion ne faisant pas partie des routes officielles du GTNO.

Pour les piétonniers, le coordonnateur des services en français au ministère de l'Infrastructure affirme : « une fois que la route de glace est fermée pour les véhicules, les personnes devraient s’abstenir, même à pied. »

Les routes de Behchoko, Colville Lake, Deline, Dettah, Gameti, Wekweeti, Norman Wells, Trout Lake, Tulita, Whati, Wrigley sont fermées et d’autres suivront d’ici la fin de la semaine. C’était également la dernière saison pour la route de glace de Tuktoyaktuk, qui sera remplacée l’hiver prochain par la nouvelle route toutes saisons qui ouvrira en novembre 2017.


Les mises à jour des routes sont disponibles en ligne, sur le site web du GTNO: www.dot.gov.nt.ca/fr/Routes-et-traversiers/Routes-hiver


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.