École Allain St-Cyr : Première pelletée symbolique

Le ministre de l'Éducation, de la Culture et de la Formation, Alfred Moses, annonce les détails des travaux aux élèves de l'école Allain St-Cyr. (Crédit photo : Sandra Inniss)

Le ministre de l'Éducation, de la Culture et de la Formation, Alfred Moses, annonce les détails des travaux aux élèves de l'école Allain St-Cyr. (Crédit photo : Sandra Inniss)

De nombreux acteurs de la francophonie ténoise se sont rassemblés à l’école Allain St-Cyr, le 2 juin, pour l’annonce officielle du ministre de l’Éducation, Alfred Moses, concernant l’agrandissement de l’établissement scolaire.

Fait saillant de cette annonce : le gouvernement territorial finance un gymnase de 476 mètres carrés, malgré le refus de financement de Patrimoine canadien. La Commission scolaire francophone des Territoires du Nord-Ouest (CSFTNO) s'attendait à un gymnase de 404 mètres carrés, quelques semaines plus tôt.

« Le GTNO a reçu des soumissions, qui étaient plus basses que ce à quoi il s’attendait, et avec le montant d’argent qui était déjà sécurisé par l’Assemblée législative, ils ont été capables de prendre la différence et de nous offrir le plus grand gymnase, ce qu’ils n’étaient pas nécessairement obligés de faire... », déclare le président de la CSFTNO, Simon Cloutier.

Selon Martin Deschênes, professeur d’éducation physique, l’agrandissement du gymnase permettra des possibilités incroyables pour l’école francophone. « Présentement, on est obligés d’aller dans plusieurs autres écoles pour faire nos programmes. On va pouvoir créer nos propres programmes, avoir des projets visionnaires, parce qu’on va vraiment pouvoir être autonomes. Donc, je pense que ça va ouvrir de grandes portes pour la francophonie et aussi pour les jeunes de l’école. » M. Deschênes a des projets en tête, mais attend la fin de la construction pour les dévoiler.

Le gymnase sera muni de vestiaires, d’un bureau pour l’enseignant d’éducation physique et d’une scène pour pouvoir plus tard convertir le gymnase en salle de spectacle. L’agrandissement inclut également deux salles de classe qui serviront aux élèves à besoins spéciaux et à l’enseignement régulier au secondaire, ainsi qu’un endroit de détente pour les élèves du secondaire.

Cette annonce a souligné l’aboutissement de travaux qui datent de plus de dix ans, pour l’Association des parents ayants droit de Yellowknife et la Commission scolaire francophone des Territoires du Nord-Ouest (CSFTNO).

Au total, le gouvernement territorial investira 12,8 millions de dollars pour ce projet, afin de construire les locaux qui seront accessibles au début de l’année 2019. La préparation du terrain est en cours et le dynamitage devrait commencer à la fin juin, juste après la fin des classes, selon la directrice de la CSFTNO, Yvonne Careen.

Les entreprises Stantec et Clark Builders sont mandatées pour la construction et l’aménagement de ce projet.

Une nouvelle salle de spectacle pour les TNO
Le gymnase, muni d’une scène, pourra également servir de salle de spectacle. Pour le moment, le budget n’inclut pas les équipements nécessaires pour ce volet. « Il faut que tu équipes ça avec un système de son, l’éclairage… la construction ne vient pas avec ces choses-là, alors ça va être à nous de trouver les fonds pour [l’aménagement], décrit Mme Careen. Il y a certaines choses qui vont être incluses dans toute la construction, ils ont prévu ça, mais il va falloir qu’on trouve les moyens d’accommoder ce qu’on veut faire dans la salle. »

Local pour les élèves du secondaire
Le président de la CSFTNO, Simon Cloutier, indique que ce local réservé aux élèves du secondaire a fait partie des discussions depuis le début de la planification de la construction. « Le gouvernement est arrivé avec un plan de base et déjà à ce moment-là, il y avait un espace qui était quand même assez large, de dire M. Cloutier. Tout de suite, Yvonne a reconnu cet espace-là en disant que ce serait bien si on pouvait installer des bancs, des tables, des sofas, ou quoi que ce soit pour essayer de créer un espace pour les jeunes du secondaire. » Un endroit à l’extérieur, dans la cour, est aussi prévu.

Réaction de parents
Romane et Mariia Souchko, parents d’une petite fille en prématernelle à l’école Allain St-Cyr, étaient présents à l’annonce de l’agrandissement. Mme Souchko raconte : « En tant que parent, on ne va pas se mentir, nos enfants passent plus de temps à l’école qu’à la maison avec nous. Pour nous, c’est très important de savoir à qui on confie notre enfant, à quel système d’éducation, à quelle école, et le fait de savoir qu’elle est bien… On s’est déjà rendu compte que les professeurs sont magnifiques ici, que le cadre, il est bien, mais de savoir que le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest soutient ce beau projet et soutient la communauté francophone, bien, ça te rassure encore plus en tant que parent. »


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.