Musique traditionnelle : Pour que dure la culture

Chants de prière, ets’ulah, drum dance et récits, l’ethnomusicologue Nicole Beaudry et son équipe achèvent un livre audio consacré aux trésors de la langue Slavey du nord commencé il y a près de 30 ans.

Nicole Beaudry est retraitée depuis quelques années et poursuit bénévolement un travail qui, pour diverses raisons, s’est étiré sur plusieurs décennies. « Le plaisir est encore là assure-t-elle, et je me considère riche et chanceuse d’avoir pu vivre dans une autre culture. »

Mme Beaudry parle également de son obligation morale envers les Dénés de Deline, contractée lorsqu’elle a été acceptée parmi eux. « Quand les gens du Conseil de bande te voient arriver note-t-elle, ils se disent «Ah non, pas un autre anthropologue!» Il faut démontrer que ce qu’on fait peut leur servir. »

L’utilité du travail de Nicole Beaudry et de ses collaborateurs, dont Michael Neyelle et Laura Tutcho, c’est de contribuer à perpétuer la langue et la culture de Deline. Presque tous les aînés qu’elle a enregistrés lui ont dit : « Je veux que mes enfants entendent ça un jour. »

La transmission est déjà commencée. Certains enregistrements jouent à CBQO, la radio communautaire locale et les gens en redemandent. Nicole Beaudry a fait don de ses originaux aux Archives des TNO avec une condition d’accès pour les gens de Deline; elle envoie ponctuellement des copies d’enregistrement à des familles.

Vers 2017
Mais l’objectif final est la production d’un livre-CD. On y retrouvera des heures de chants et récits de diverses catégories. Les ets’ulah — terme improprement traduit par love song — sont des chansons traitant de choses personnelles, parfois avec humour : plaisir du canot, amour pour un petit-enfant, etc. Certains récits dateraient de plusieurs siècles tandis que des chansons de prière proviennent des prophètes du début du XXe siècle. On pourra notamment écouter Eliza Blondin, John et Charlie Neyelle, Louis et Alfred Taniton.

Le livre-CD, qui sera prêt en 2017, offrira les partitions des chansons qui, comme les récits, seront aussi transcrites en anglais et en Slavey du nord. Le premier enregistrement date de 1988. Mme Beaudry souligne l’apport primordial des interprètes au projet : « Ils savent qui chante bien, qui a de bonnes histoires à raconter. Ils deviennent des assistants, des professeurs. »

Mme Beaudry avait précédemment travaillé sur les Yupiks et les Inuits. Son intérêt pour les Dénés est né alors que René Fumoleau et des membres de cette nation — dont Georges Erasmus — prononçaient des conférences à Montréal pour dénoncer le projet de pipeline dans la vallée du Mackenzie. « J’avais été, se rappelle Nicole Beaudry, impressionnée par leur dignité et leur solidité, l’intelligence de leurs propos. Il fallait que je connaisse ces gens! »


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Changer de ville
Sondage
L'Aquilone, 5 publications au féminin! Comment avez-vous réagi au changement de nom de L'Aquilon durant le mois de mars?

Voir tous les résultats des sondages