En salles : Paulusie, le géant

Aude Leroux-Lévesque prend la pause devant son public d'un soir, après avoir répondu à leurs nombreuses questions. (Crédit photo : Nicolas Servel)

Aude Leroux-Lévesque prend la pause devant son public d'un soir, après avoir répondu à leurs nombreuses questions. (Crédit photo : Nicolas Servel)

Aude Leroux-Lévesque est venue présenter Chez les géants, le 19 avril au Théâtre Capitol de Yellowknife, dans le cadre de la journée du cinéma canadien et des célébrations du 150e anniversaire de la Confédération.

Meilleur documentaire canadien en 2016
Aude Leroux-Lévesque s’est fait une joie d’accepter l’invitation de Québec cinéma et de l’Association franco-culturelle de Yellowknife pour présenter son documentaire, dans lequel on suit Paulusie, un jeune Inuk de la communauté d’Inukjuak, qui va voir sa vie basculer à la suite d’une « grave erreur ». L’adolescent, membre des Rangers, bon chasseur, et connecté au monde moderne, va devoir mettre ses rêves de côté afin de faire face aux responsabilités de l’âge adulte.


C’est le deuxième long-métrage documentaire de la cinéaste, après Appelez-moi Salma (2010), qu’elle co-réalise, avec son compagnon de vie comme de caméra, Sébastien Rist. Chez les géants a été récompensé d’un prix au Hot Docs de Toronto dans la catégorie cinéaste canadien émergent et du prix du meilleur documentaire au festival international de films de Vancouver en 2016. Le film est également  sélectionné pour les prix Iris, anciennement Jutra, qui récompensent chaque année les professionnels du cinéma québécois.


Une rencontre, un déclic, un film
.
En mai 2011, l’explorateur Bernard Voyer forme un groupe de neuf Rangers pour gravir un col de la Cordillères des Andes. Paulusie, choisi pour ses talents de meneur et son positivisme au sein de sa communauté, était l’un deux, le couple Leroux-Lévesque/Rist documentait l’épopée (Vue d’en haut – 2012). « On a eu un déclic, comme il arrive parfois dans la vie, avec Paulusie, raconte la cinéaste, le courant est tout de suite bien passé et on s’est lié d’amitié. C’est un gars curieux, et vraiment agréable. »


Plus tard, il invite les deux cinéastes à venir à Inukjuak (Le géant en langue inuktitut), pour faire un film sur lui. « Une occasion en or » qu’ils ne pourront pas refuser. Si le film se veut un portrait universel, positif et poétique de la vie dans une communauté autochtone de l’Arctique, il dépeint aussi des personnages « gigantesques » de par leur force de caractère et de résilience et ne laisse en aucun cas indifférent.

Dialogues de société
C’est en regardant Zone libre, série de reportages de Radio-Canada, qu’elle s’est dit « c’est ça que je veux faire ». Aude Leroux-Lévesque, diplômée en communication de l’Université Concordia, fait des films documentaires pour « informer et faire dialoguer la société en donnant une porte ouverte sur des univers souvent méconnus ou mal connus », à travers des expériences immersives qui mettent l’accent sur des personnages singuliers.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.