Ottawa conclut une entente en santé avec les territoires

OTTAWA _ Le gouvernement fédéral a annoncé avoir conclu une entente de financement en santé avec les Territoires du Nord-Ouest, le Nunavut et le Yukon. 

Ottawa a indiqué que les trois gouvernements des territoires avaient convenu lundi d’un nouveau financement fédéral ciblé sur dix ans dans les soins à domicile et en santé mentale.

Le gouvernement fédéral offrira aux territoires un total combiné de 36,1 millions $, dans des investissements ciblés qui s’ajoutent aux engagements existants par l’entremise du Transfert canadien en matière de santé.
Du côté des provinces, le Nouveau-Brunswick,
Terre-Neuve-et-Labrador et la Nouvelle-Écosse avaient conclu précédemment des ententes de financement en santé avec le gouvernement fédéral.

Ottawa a indiqué lundi qu’il élaborerait des indicateurs de rendement et des mécanismes en vue de la présentation de rapports annuels aux citoyens, ainsi qu’un plan détaillé sur la façon dont ces fonds ciblés seront dépensés.
Selon le gouvernement, ces investissements devraient permettre d’améliorer l’accès aux services de santé mentale pour les enfants et les jeunes et de réduire le nombre de patients hospitalisés qui pourraient bénéficier de soutien et de meilleurs soins chez eux ou dans la collectivité.

Les ministres de la Santé et les ministres des Finances des autres provinces ont appelé à plusieurs reprises le premier ministre Justin Trudeau à rencontrer en personne ses homologues des provinces pour reprendre les négociations en santé.

Ceux-ci ont rejeté la dernière offre publique d’Ottawa, qui appelait à une hausse des transferts en santé de 3,5 pour cent par année et à une somme de 11,5 milliards $ en financement ciblé sur dix ans principalement pour les soins à domicile et en santé mentale.

Les provinces, qui ont compté sur des augmentations annuelles de six pour cent dans les transferts en santé depuis plus de dix ans, ont fait valoir une évaluation solide selon laquelle les coûts des soins de santé allaient augmenter de 5,2 pour cent par année.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.

Changer de ville
Sondage
L'Aquilone, 5 publications au féminin! Comment avez-vous réagi au changement de nom de L'Aquilon durant le mois de mars?

Voir tous les résultats des sondages