École Boréale : Nouvelle direction pour la rentrée

Le nouveau directeur de l'école Boréale, Richard Létourneau (Crédit photo : Sandra Inniss)

Le nouveau directeur de l'école Boréale, Richard Létourneau (Crédit photo : Sandra Inniss)

L’ancien président de la Fédération franco-ténoise, Richard Létourneau, est le nouveau directeur de l’école Boréale à Hay River. Il transmet, à travers son parcours, la réalité des collectivités ténoises en éducation.

Après 15 ans dans la région du delta du Mackenzie, Richard Létourneau quitte Inuvik pour la collectivité de Hay River avec un nouveau mandat : la direction de l’école Boréale.

« C’est l’fun, c’est excitant ! C’est drôle, j’en parlais hier à un ami, tous les jours que je vais au travail, ce que je fais je le fais pour la première fois donc c’est assez excitant... c’est quelque chose de nouveau. Ce sont des défis vraiment motivants », raconte le nouveau directeur lors de son passage à Yellowknife pour les activités d’orientation avec la Commission scolaire francophone des Territoires du Nord-Ouest.

Originaire de Cap-Chat en Gaspésie, Richard Létourneau arrive à Inuvik en 2002 comme moniteur de langue. Sa grande amie et mentor, Anne Church, lui présente le dossier francophone une semaine à peine après son arrivée et lui propose le poste d’agent de développement pour l’Association des francophones du delta du Mackenzie basée à Inuvik (créée en 2000 et dissoute au registraire des sociétés du territoire, le 18 mars 2016). À titre d’agent de développement, il est en relation avec la Fédération franco-ténoise (FFT) et les autres organismes francophones, ce qui lui permet de réseauter et de développer une compréhension de la francophonie ténoise.

L'école Sir Alexander Mackenzie lui offre un contrat d’enseignement à la fin de son mandat de moniteur, qui l’inspire par la suite à se rendre à l’Université d’Ottawa, pour faire un baccalauréat en enseignement.

De retour à Inuvik, il enseigne en immersion française, d’abord à Sir Alexander Mackenzie School, et devient membre du conseil d’administration de la FFT comme représentant de la communauté francophone d’Inuvik. De fil en aiguille, il devient vice-président de la FFT et peu de temps après, Yvonne Careen, à l’époque membre du conseil d’administration, lui suggère de proposer sa candidature comme président.

« J’étais pas mal jeune à l’époque, début de la trentaine et tout ça [...], mais elle m’avait dit que je devrais le faire », relate Richard Létourneau, qui demeurera président de 2009 à 2015.

« Ma connaissance de la communauté, des droits à l’éducation, des droits linguistiques, j’ai quand même un bon background dans tout ça, j’ai participé à plusieurs initiatives dans ce sens aux Territoires du Nord-Ouest et j’ai un bon background en enseignement avec les enfants en difficulté, en francisation [...] », explique-t-il quant aux compétences qu’il a acquises dans son parcours et qu’il souhaite transmettre en tant que directeur.

Enjeux pour l’ensemble du territoire
« Ce qui se passe à Allain St-Cyr présentement, c’est certain que c’est excitant de voir les équipes d’ouvriers qui sont sur le site, mais ça ne change pas que nous à l’école Boréale on a une réalité [...], explique le nouveau directeur. La Commission scolaire francophone des Territoires du Nord-Ouest, c’est pour toute la communauté et ce n’est pas parce que ça s’améliore à Yellowknife que ça veut dire que toute la communauté en bénéficie. Donc, il est important de continuer à avoir ce discours-là — que la Commission scolaire francophone représente tous les francophones des TNO, y compris ceux qui sont à Hay River et y compris ceux qui n’ont pas d’école francophone et qui peut-être un jour pourront demander d’avoir une école francophone en dehors de Hay River ou de Yellowknife. »

Le directeur dit qu’il continuera d’affirmer cette réalité, alors que ses élèves continuent à se déplacer dans d’autres écoles pour les cours d’éducation physique et les cours d’anglais. Il dit être conscient que les changements ne se réaliseront pas à court terme : « On ne s’attend pas à ce que le gouvernement des TNO nous annonce demain qu’il va bâtir un gymnase, mais on va continuer à le demander et on va continuer à bâtir nos dossiers », conclut Richard Létourneau.

À l’heure actuelle, certaines demandes d’inscription sont encore en attente à l’école Boréale, soit à terminer ou à être approuvées par le ministre. Le nouveau directeur estime le nombre total d’inscriptions pour la rentrée à environ 85 élèves.


Tous les commentaires (1)

Écrit par Anonyme, 02 septembre 2017, 13 h 33
Excellente nouvelle tant pour la francophonie de Hay River que celle des TNO. Dans les petites communautés, le lien école communautés est important et Richard saura le développer au profit de tous les élèves, parents, enseignants et citoyens. Bravo Richard. Alain
Laissez nous vos commentaires
Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.