Accueil : Nouveaux Canadiens aux TNO

Geneviève Cockenpot, visiblement heureuse de tenir son certificat de citoyenneté et un drapeau du Canada. (Crédit photo : Maxence Jaillet)

Geneviève Cockenpot, visiblement heureuse de tenir son certificat de citoyenneté et un drapeau du Canada. (Crédit photo : Maxence Jaillet)

La seule cérémonie de citoyenneté aux TNO en 2017 s'est déroulée à Yellowknife le 21 août dernier.
 

Ce sont une quarantaine de nouveaux citoyens qui ont pris part à la cérémonie de citoyenneté du 21 août 2017 dans l’atrium de l’Assemblée législative à Yellowknife. Ils ont été « accueillis » par Leona Martin, agente de Citoyenneté et immigration, Michael McLeod, député fédéral des TNO, Margaret Thom, la nouvelle commissaire des TNO, Alfred Moses, ministre de l’Éducation, Culture et de la Formation, Antoine Gagnon, directeur du CDÉTNO qui offre des services aux immigrants et deux officiers de la Gendarmerie Royale du Canada.


Les nouveaux citoyens ont prononcé le serment de citoyenneté, reçu leur certificat de citoyenneté et signé l’affirmation solennelle de citoyenneté. Ils ont aussi chanté l’hymne national, pour conclure la cérémonie.


Parmi ces nouveaux citoyens, Geneviève Cockenpot vit au Canada depuis 21 ans et réside aux TNO depuis plus de 10 ans. « Après 21 ans, je pense qu’on se sent comme faire partie du Canada, et j’ai la chance d’habiter dans un pays qui offre la double nationalité et qui est bilingue. Je trouve ça formidable », dit cette française d’origine. D’après elle, le quotidien ne changera pas vraiment, mais c’est quelque chose dans son cœur qui fera la différence : simplement de faire partie d’un autre pays. Une décision qui a été longue à prendre. « Ce temps-là, dit Geneviève Cockenpot, m’a permis de m’intégrer et de dire oui, maintenant je reconnais être canadienne ». Pour elle, la valeur canadienne la plus importante, est cette opportunité laissée aux immigrants, de rester ce qu’ils sont.


Contrairement à ce que pensait Mme Cockenpot, les procédures administratives pour l’obtention de sa citoyenneté ont été rapides aux TNO. « Cela a mis quatre mois exactement entre le moment où j’ai appliqué et le moment où j’ai reçu ma convocation à l’examen. »


Alors que la cérémonie de citoyenneté encense les nouveaux canadiens à trouver leur façon d’être Canadien et de bonifier le pays, Geneviève Cockenpot estime qu’être infirmière dans les Territoires du Nord-Ouest (à Fort Providence, et auparavant à Fort Liard et Fort Simpson) est une contribution importante dans sa vie. « Ce n’est pas facile, ni évident à faire, mais je suis honorée de devenir citoyenne là où je m’implique autant. »
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.