Sur les planches : Mères en scène

07 décembre 2017
Sylvia Cloutier et Leela Gilday, lors d'une prestation musicale. (Crédit photo : Ed Maruyama)

Sylvia Cloutier et Leela Gilday, lors d'une prestation musicale. (Crédit photo : Ed Maruyama)

Leela Gilday, Sylvia Cloutier et l’Orchestre du Centre national des arts : une convergence du classique et des chants autochtones.

Au Northern Art and Cultural Centre (NACC), le 9 décembre à 19 h 30, le public aura droit à une création interculturelle inédite alors que les chanteuses sahtugotine et inuite Leela Gilday et Sylvia Cloutier interpréteront leurs compositions en duo, accompagnées par une formation classique.

La maternité est la clé de voûte de ce spectacle de chansons, bien que d’autres thématiques s’y greffent. «  Nous avons toutes les deux des enfants, explique Sylvia Cloutier, une chanteuse de gorge originaire du Nunavik. Nous voulions explorer notre côté maternel, mais aussi notre relation à la nature dans notre culture.  »
Une des pièces qu’elles ont conjointement composées comprend des extraits de chansons que leur chantaient leur mère quand elles étaient bébé, en inuktituk dans un cas, en north slavey dans l’autre. La langue anglaise a aussi sa place.


S’éloignant de leur registre musical habituel, les deux jeunes femmes ont opté, pour ce spectacle, d’harmoniser leur voix, leur tambour et leur guitare, avec les cordes, les cuivres et les vents de l’Orchestre du Centre national des arts, sous la direction d’Alexander Shelley. Le compositeur Christopher Mayo signe les arrangements. «  Il a fait un très bon travail pour capturer l’esprit de notre musique », de dire Sylvia Cloutier. Les répétitions ont eu lieu en novembre à Ottawa.


Une complicité de deux décennies
Si la maternité relie ces deux femmes, c’est vrai aussi pour l’amitié. «  Nous nous sommes rencontrées il y a environ 20 ans dans un avion en direction d’un concert True North, rappelle Leela Gilday. On y jouait toutes les deux, mais séparément. Nous sommes devenues de bonnes amies pas mal tout de suite, Sylvia a essayé de m’enseigner le chant de gorge plusieurs fois, mais sans succès.  »

Au fil des années, les deux musiciennes se sont retrouvées sur plusieurs scènes, notamment lors des Jeux d’hiver de l’Arctique, au Groenland et au Yukon.

Fortes de cette complicité, les deux femmes n’ont mis que quelques heures pour composer les chansons qu’elles présentent à Iqaluit et à Yellowknife, lors d’une session au camp de tannage urbain Dene Nahjo, en septembre dernier.
Le programme du NACC inclut également une composition de Carmen Braden pour quatuor à cordes, intitulée The Raven Conspiracy. La pièce a été composée pour le quatuor Penderecki, qui l’a jouée pour la première fois, aux Territoires du Nord-Ouest, en 2013. Au NACC, cette composition nordique sera interprétée par des musiciens de l’Orchestre du Centre national des arts.
 


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.