Portrait Cabaret Taïga : Marc Lacharité

17 août 2017
(Crédit photo : )

(Crédit photo : )

Trente-cinq ans de musique s’étirent entre le sous-sol de son père, où Marc Lacharité jouait de la batterie, à sa présence sur la scène du Cabaret Taïga. Marc est entouré de musique dès son jeune âge, et commence à jouer de la batterie et de la guitare autour de l’âge de 15 ans.

Ses premières inspirations viennent du blues, surtout pour des raisons pratiques : musicien autodidacte, il recherche de la musique qu’il peut jouer. Il ira ensuite vers la musique rock progressif et cite Jethro Tull, Emerson Lake and Palmer, Genesis et Gentle Giant comme des inspirations pour sa musique.

Il arrive à Yellowknife en 1989 avec un bac en enseignement pour devenir coordonnateur à la Garderie Plein Soleil. En écoutant la radio, et à travers des connaissances de sa conjointe, il commence à jazzer avec un petit groupe de musiciens locaux. Le petit groupe décide de tenter sa chance dans une plus grande ville et se dirige vers Vancouver. Ce n’est pas le succès escompté et le groupe se désintègre peu après. Il repart vers le Québec, où il sera enseignant pendant plus de 15 ans. Depuis deux ans, il réside de nouveau à Yellowknife. Son temps au Québec, particulièrement dans le Nord, à Obedjiwan, lui a permis de toucher à différents genres de musique (folk, métal, rock), et d’être mieux équipé pour produire sa propre musique.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.