NUNAKPUT 2017 : Les forces militaires et civiles embarquent

(Crédit photo : Nicolas Pouliot)

(Crédit photo : Nicolas Pouliot)

Du 26 juin au 18 juillet, la Force opérationnelle interarmées du Nord, orchestre l’opération NUNAKPUT dans le Sud comme dans le Nord des TNO.

Depuis 2007, les Forces armées canadiennes et divers groupes gouvernementaux, sous le commandement de la Force opérationnelle interarmées du Nord, participent à l’opération NUNAKPUT. Une collaboration qui réunit cette année le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest, la Gendarmerie royale canadienne, Pêches et Océans Canada de même que la Garde côtière canadienne.

Patrouilles maritimes et de sécurité, reconnaissances terrestres et maritimes, exercices de recherche et de sauvetage, entraînements de survie ainsi que préparation aux désastres sont au menu lors de cette opération d’envergure, ainsi que l’explique le lieutenant-colonel Luis Carvallo, commandant de la Force opérationnelle NUNAKPUT 2017 et commandant du 1er Groupe de patrouilles des Rangers canadiens. Plus spécifiquement, quatre sous-opérations sont entreprises : les deux premières se tiennent dans les régions du fleuve Mackenzie et du Grand lac de l’Ours (26 juin au 18 juillet); la troisième, dans la région de la rivière Nahanni (1er au 15 juillet); et la quatrième, à Hay River (8 au 14 juillet).

L’exercice à Hay River consistera en une préparation face à un désastre et sera conduit par des forces militaires civiles. Rappelons, à ce sujet, que la seconde principale ville ténoise sera l’hôte des Jeux d’hiver de l’Arctique en 2018.

En procédant à de telles manœuvres, le Canada désire ainsi affirmer une fois de plus sa souveraineté sur ses régions nordiques isolées, régions dont les ressources naturelles attirent de plus en plus les regards et où le trafic maritime et aérien ne cesse d’augmenter (tel que rapporté dans le site Web des Forces armées canadiennes, le nombre de vols parcourant les routes polaires dans l’espace aérien canadien est passé de moins de 1 000 en 2003 à presque 10 000 en 2010).

Participation indispensable des collectivités
La participation des collectivités locales dans une opération de cette envergure est indispensable pour sa réussite et son bon déroulement. « L’engagement des collectivités est essentiel. Cela n’est pas unique à cette opération précise, c’est essentiel pour toutes les opérations menées par la Force opérationnelle interarmées du Nord », rappelle le lieutenant-colonel Luis Carvallo. « L’opération NUNAKPUT 2017 prend place dans le cadre du 150e anniversaire du Canada [et] nous voulons donc souligner d’autant plus l’importance des communautés au cours de l’opération », ajoute-t-il.

C’est dans cette optique que l’entrée en scène des Rangers canadiens devient importante. Le 1er Groupe de patrouille des Rangers, responsable du Yukon, des Territoires du Nord-Ouest et du Nunavut, permet d’établir un lien entre les communautés et les autorités. Étant eux-mêmes membres de ces communautés, ils assurent un canal de communication avec les résidents locaux aux multiples dialectes et fournissent un savoir précieux lors des exercices. « [Leur présence] nous assure aussi que les terres [des communautés] sont respectées tout au long de l’opération », précise M. Carvallo.


Ajouter un commentaire
Vous désirez laisser un commentaire en tant que : Anonyme
Mon compte

Politique des commentaires

L'Aquilon désire encourager des débats intelligents et respectueux entre les utilisateurs de son site Web. Nous voulons créer une plateforme où divers points de vue et opinions peuvent être exprimés sur une vaste variété de sujets.

Cependant, nous avons décidé d'établir un mécanisme de modération complète. Ainsi, tout commentaire est lu et évalué par un modérateur avant d'être mis en ligne sur le site. La modération est effectuée par les membres du personnel de L'Aquilon, selon un horaire variable. Un délai plus ou moins long peut survenir entre l'envoi d'un commentaire et son autorisation.

D'emblée, tous les articles produits par les membres du personnel et par nos pigistes permettront aux lecteurs d'émettre un ou des commentaires. Cependant, il est possible que l'option de commentaire soit désactivée en raison d'un manque de disponibilité pour effectuer la modération ou lorsqu'un article perd de son actualité.

Voici les paramètres qui guideront les modérateurs : - Éviter tout propos discriminatoire, en suivant les principes de la Charte canadienne des droits de la personne. - Éviter tout propos qui constituerait du libelle ou pourrait être perçu comme étant diffamatoire.

- Éviter le langage abusif, les injures ou les insultes

En acceptant les termes de cette politique des commentaires, vous reconnaissez que le journal ne peut être tenu responsable pour la publication de vos commentaires.

Seuls les usagers inscrits et acceptant la politique des commentaires peuvent émettre un commentaire.